ART DE TROMPER LES HOMMES

Une fois élu et parvenu au sommet de la hiérarchie étatique, le quidam qui vous représente – usurpant de facto votre pouvoir souverain – oubliant que vous avez existé et le cerveau en ébullition se demande ce qu’il va bien pouvoir espérer. Pactolien, il nage en plein bonheur faisant moulte projets pour lui et sa chère famille, achetant en premier lieu un carnet d’adresses pour avancer dans la hiérarchie. En fait de quoi, il pourrait si le bonheur voulait bien de lui, rendre des services parce que sacre bleu il n’est pas homme à recevoir sans donner en retour. Et quand aux actes sublimes qu’il aura à accomplir, il dispose d’une forte nomenclature d’idées, de promesses, qu’il pourrait suggérer quelque soit la destination vers laquelle on le destinera. Il est si sûr de lui, n’a-t-il pas appris l’art de plaire, de dire les mots qu’il faut… 

 

Les politiques eux-mêmes pensent comme nous

La politique, art de tromper les hommes – D’Alembert

Le naufrage de l’équipe de France

La valeur n’attend pas le nombre des années 

Le triste sir ou le génocide de la jeunesse 

Je réunis autour de moi une société disparate 

Ces êtres insignifiants ne valent pas une messe

Conclusion - élections présidentielles 2002

La richesse fout le camp 

Changement après changement… de pis en pis 

A vos rangs… journaliers

Certains rêvent de dictature en France

Le citoyen a tout de même le droit de savoir 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site