Prof. Bruno VELLAS Chef de service

Courrier du 9 septembre adressé à M. le Professeur Bruno Vellas, Chef du service Gériatrie, secteur D, Pavillon Junod, Hôpital Casselardit. A ce jour, toujours pas de réponse.Nous allons attendre encore quelques jours... Le fait de m'insurger et de dénoncer les propos tenues envers les personnes âgées m'ont probablement valu ce traitement inhumain - pour rappel : "tu n'as pas fini de me faire chier, vieille pute".. il est vrai que dans lorsque l'on atteint un certain âge, les gens croient pouvoir tout se permettre... j'ose attendre encore une réponse entendu que mon mandataire ne peut croire qu'un universitaire comme elle l'est elle-même accepte qu'un patient dès son arrivée dans son service soit victime d'un interrogatoire en violation du droit du respect à la vie privée et qu'il puisse être victime pendant son séjour d'une mesure répressive et punitive parce qu'il dénonce des paroles honteuses !

 L'être humain n'est pas un "objet" de soin, il est un sujet de droit. L'hôpital n'est pas un lieu privatif de liberté,le droit français et international s'y appliquent. 

Monsieur le Professeur,

M. R. Vazquez né le 14 avril 1928 a été hospitalisé dans le service de gériatrie, secteur D, du Pavillon Junod de l’Hôpital Casselardit du lundi 4 au jeudi 7 août, transféré du service des soins intensifs de l’Hôpital Rangueil, hôpital où le suit le Dr Dumonteil depuis 2008 année où il a subi une opération chirurgicale cardiaque, date à laquelle il a souhaité faire une sortie « contre avis médical » en raison des propos nocturnes qu’il a entendu relativement à des dames âgées – du genre « t’as pas fini de me faire chier vieille pute ! » et des mesures de contention dont il a été l’objet dans la nuit du 6 au 7 août. Justificatif médical : troubles confusionnels.

 Troubles confusionnels : bien que je ne sois pas Docteur en médecine : non pertinent médicalement
Je résumerai par : des mesures de contention prises envers un patient présentant une pathologie cardiaque d’une particulière gravité définie dans son dossier médical dans un service de cardiologie spécialisé pour les personnes âgées en violation des droits fondamentaux de la personne humaine !… Je tiens à votre disposition les photographies et le film pris le lendemain de la sortie, à savoir le 8 août. Je précise que M. Vazquez a une vie équilibrée et harmonieuse sans perturbation aucune depuis plus de 5 ans, période où son cardiologue lui a indiqué qu’ainsi il protégerait encore plus son cœur. Il est vrai que son temps se partage entre l’écriture de son blog, la lecture, son petit-fils Raphaël et sa fille Jocelyne… Son dernier grand bonheur : l’annonce de la naissance d’une petite fille prévue pour le début de l’an prochain.

Justifier par la sécurité de lui-même ou des autres n’est pas pertinent dans la mesure où M. Vazquez s’est cogné la tête contre les barreaux du lit après avoir été attaché – un homme en état de faiblesse physique suite au traitement suivi alors qu’il ne pèse que 52kg ne me semble guère présenter de danger pour autrui. Aussi certes, M. Vazquez après avoir été attaché s’est cogné la tête contre les barres du lit et s’est exprimé longuement. En conséquence des maltraitances subies dans certaines maisons de retraite et hôpitaux français, maltraitances pouvant allant jusqu’au décès des patients, M. Vazquez a considéré que se manifester permettrait peut-être de lui sauver la vie, s’imaginant aussi que la souffrance physique manifestée provoquerait une réaction d’humanité de ses « tortionnaires » - j’insiste sur le substantif employé. Il ne faut pas omettre le fait qu’un courant de pensée européen diffuse certaines idées : les personnes âgées, en France l’on dit les bénéficiaires de la CMU coûtent trop chers médicalement … ou comme la Ministre de la Lettonie, pays de la CEE, l’euthanasie pourrait être autorisé pour « les pauvres »...

De plus, M. Vazquez ne divaguait nullement, il se contentait de relater sa vie, à savoir son travail pour 57 employeurs dont ETDE, SPIE Batignoles… sur cinq continents à la réalisation d’études et de conduite de travaux d’électricité haute et basse tension, courants faibles pour des hôpitaux (il semble d’ailleurs à ce titre que le service alarme appel des patients ne soit pas aux normes définies réglementaires des Pompiers et Architectes de Paris dans le dit service), des aéroports, des usines, des bâtiments administratifs… raison pour laquelle, il est bénéficiaire de la CMU puisqu’il n’a pas cotisé en France pour la retraite – à ce stade, l’on peut s’interroger sur l’attitude du personnel de garde cette nuit-là : discrimination sociale à l’Hôpital public ? Certes, sa vie peut paraître singulière mais il ne s’agit pas de psychoses ou d’hallucinations et encore moins de confusion mentale.

 Relativement à son séjour dans le dit service et mesures de contention subies : non pertinent juridiquement

En l’espèce, je relève plusieurs violations d’une particulière gravité du droit :
 le questionnement de l’infirmière à son arrivée et son « avis » à l’interne de service : violation du droit à la vie privée, diffamation, insultes – voir Convention européenne des droits de l’Homme
 les mesures de contention : violation des droits de l’homme, atteinte à l’intégrité corporelle, atteinte à la dignité humaine, violation des droits du patient à refuser un traitement, violation du droit d’information loyale du patient, violation du droit d’information et de décision du mandataire puisque aucune autorisation ne m’a été demandée et accordée par moi ; maltraitance physique et maltraitance psychologique ; violation du droit à l’autonomie, violation du droit à la liberté, violation du droit d’aller et venir y compris dans un service de gériatrie à l’hôpital car ce n’est pas juridiquement un lieu privatif de liberté ; abus d’autorité, violence thérapeutique

Mandaté par M. R. Vazquez, par mandat du 26 août 2008, pour l’assister, remplir toutes fonctions administratives, judiciaires, fiscales, j’ai sollicité la connaissance du médecin prescripteur de la mesure de contention. Le Dr Toulza suite à ma demande n’a pas daigné m’informer, sa réponse étant une « prise collective » de décision. M. Vazquez ne souhaite pas porter plainte près le Tribunal administratif dans la mesure où l’allocation de dommages-intérêts lui importe peu, toutefois, la hiérarchie hospitalière impose qu’un médecin soit responsable des mesures prises, aussi je sollicite près de vous la connaissance du patronyme du responsable afin de communication dans le dossier de recherche à Me la Ministre des Affaires sociales et Me la Secrétaire d’Etat aux personnes âgées.

Dans le cadre de l’IERS, en ma qualité de Directeur de recherche au département Droit-Science politique, de professionnelle du droit, je vous informe que j’initie ce jour une recherche la relation « Droit - Hôpital et Prison ».

 L’état de la recherche sera disponible sur
 La page de l’IERS sur facebook – avec lien vers les divers courriers, réponses apportées ou refus

 Les conférences sur la connexion simultanée de l’IERS, les dates seront communiquées sur la page facebook 8 jours avant chaque vidéo-conférence et débuteront à compter du 23 octobre 2014

 M. Vazquez ayant en 1951 demandé la nationalité française en raison des valeurs portées par la République française estime de son devoir de citoyen de témoigner et de dénoncer, non l’Hôpital public mais les agissements de certains personnels, d’autant qu’il est depuis toujours un fervent défenseur de l’Hôpital public et non un détracteur.

Le témoignage de M. Vazquez est présent sur son blog, vous pourrez juger de la qualité des articles qui précèdent, à savoir environ 350 à ce jour, ainsi que du traumatisme subi qui perturbe l’écriture du dit témoignage.

Il signale qu’aucune relecture en sera faite en raison de la sensation d’étau qui enserre son cœur dès qu’il évoque sa situation lors de son hospitalisation à l’hôpital Casselardit, en raison également de la sensation de malaise qui persiste et des cauchemars qu’il fait.
http://maarif28.e-monsite.com article : « attention vieilles et vieux »

Cordialement.

------

                                                          le 6 octobre 2014

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×