a chacun sa Révolution...

M. Hollande François, devenu Président de la République française au mois de mai 2012 de part la volonté du peuple français, tient à se faire remarquer en ce moment tout particulièrement, s’attachant avant de prendre des vacances qu’il suppose avoir bien mérité à noyer le poisson en ce qui concerne les affaires internes de la France et tous les problèmes le liant de part ses nouvelles fonctions au devenir de la population de notre pays, à savoir : la hausse du chômage ; la hausse des produits de consommation quotidienne : influant toutes deux sur le niveau de vie et mettant en danger la subsistance d’une partie importante de la collectivité. Contribuer à la subsistance de sa famille, c’est avoir la capacité qu’on tout les produits soit naturels, soit industriels, de servir à la subsistance de l’homme et cela se nomme « valeur d’utilité » - Proudhon, Syst. contradictoire d’économie


Qui aurait-il de plus d’importance M. le Président pour la population que de toucher la rémunération – somme d’argent correspondante au prix d’un travail fourni permettant à l’homme ou à la femme en charge de famille de contribuer à sa subsistance ?


Qui aurait-il de plus urgent M. le Président que de tout faire pour que la France dont vous avez la charge pendant cinq ans sorte du marasme où l’ont plongé les dirigeants successifs vous précédant et parmi lesquels pendant trente ans vous avez contribué avec vos partenaires et amis ?


Sortir la France de la crise économique, voire de la faillite et vous soucier de l’ensemble de la population devra être l’unique préoccupation majeure pour laquelle les Français vous ont choisi en tenant compte bien sûr de l’Europe revue et corrigée telle que l’ont pensée les grands hommes qui l’ont créée.


Vous vous inquiétez pour le devenir de la Syrie qui après une série de dictatures voit Hafez el-Assad en 1970 alors ministre de la défense prendre le pouvoir par un coup d’Etat. Son régime fortement autoritaire, autour du parti unique du Baas, a mis un contrôle sur l’ensemble de la vie politique syrienne.


Le pouvoir syrien repose sur deux piliers : l’idéologie socialiste ba athiste et sur les liens entre membres de la communauté musulmane alaouite. Officiellement, elle est une République parlementaire. De 1970 à 2000, Hafez el-Assad a été confirmé dans ses fonctions de Chef d’Etat par cinq référendums. Bachar el-Assad, son fils qui lui a succédé le 17 juillet 2000, a été élu par référendum. Le fait que la longévité de Hafez el-Assad fut la plus longue des pays du Moyen-Orient après le roi Assan II du Maroc, provient du fait qu’il était soutenu par des minorités religieuses dont la alaouite ; il était également soutenu par les fermiers et les Syriens vivant dans les milieux ruraux. L’essentiel de sa puissance venait de l’armée et de son appareil de sécurité. Un autre facteur de son pouvoir est le nationalisme, dont entre autres les conflits qui l’opposaient et opposent toujours la Syrie aux Etats-Unis, à Israël et l’Irak de Saddam Hussein. Ce que l’on a appelé le « printemps de Damas », à l’arrivée de Bachar el-Assad, les Syriens et en particulier les militants pour les Droits de l'Homme ont eu à espérer une certaine libéralisation du pays. Cela ne dure que jusqu’en février 2001 lorsque les services de sécurité gèlent l’activité des forums intellectuels, culturels et politiques avec la poursuite des militants pour les Droits de l’Homme et leur emprisonnement.


La Syrie est un pays d’une superficie de 185 180 km2, capitale Damas, population 23 000 000 d’habitants – densité 120 hab.km2, indépendance de la France le 17 avril 1946.


François s’en va en guerre – Il a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à intervenir « le plus rapidement possible pour empêcher que la Syrie ne tombe dans le chaos et la guerre civile ». Le plus rapidement possible s’adressant particulièrement à la Russie et à la Chine. J’aurai quelques remarques à faire au sujet de toutes ces interventions intempestives – interventions personnelles dans un temps généralement limitée… cela ne demanderait-il pas un temps de réflexion ? - inopportune - qui est mal venue dans les circonstances, dans la situation où il survient, - malencontreux – auquel il arrive d’être la victime d’événements fâcheux, d’accident, il aura fallu ces événements pour que vous vous préoccupassiez des gens vivant sous le joug des dictateurs ; dictateurs reçus par la France et à qui la France a vendu un armement sophistiqué qui sert à assassiner des voisins ou leurs propres populations comme c’est le cas depuis quelques temps.


« … pour empêcher que la Syrie ne sombre dans le chaos et la guerre civile… » : n’étiez-vous pas au courant M. le Président que la chaos et la guerre civile sévissait déjà depuis plusieurs mois ?


« re … ce sera le chaos et la guerre civile… c’est une répression, des soulèvements et des massacres... » : ce sera ? Non, M. le futur s'emploie pour une action à venir non pour une action passée ou qui se déroule présentement! Non, M. le Président, si ce sont bien des massacres, n'y a-t-il pas déjà eu 16 000 morts, ce n’est pas une répression, ni des soulèvements mais une Révolution. Sachant que les Chefs d’Etats n’apprécient guère ce vocable… la Révolution que l’on assimile à une agitation, un bouleversement, chambardement, changement… convulsion, coup d’Etat, désordre, effervescence, émeute, insurrection et aussi un mouvement orbital d’un corps céleste ou au temps nécessaire pour effectuer ce mouvement et qui est estimé par le retour à une étoile fixe, ou à la même position par rapport au point équinoxial relativement au soleil ou à la lune. 

Mais cela veut dire surtout lorsque le peuple se soulève : l'évolution des opinions, des courants de pensée, une transformation profonde de l’ordre social, moral, économique dans un temps relativement court avec ou sans idée de violence. Etes-vous sûr M. le Président que votre intervention intempestive, inopportune et malencontreuse ne va pas susciter de la part de quelques terroristes en mal d’attentats d’asperger l’un de nos métros d’un certain gaz sarin dont nous a menacé Bachar el-Assad ? dans le quel cas vous seriez responsables des conséquences générés.

Rappel - Les Français ont fait la Révolution française en 1789 seuls contre toutes les puissances européennes liguées contre elle. 

                                                                                       le 30 juillet 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site