Absence de solidarité

La moitié de la France dénigre l'autre... : diviser pour régner.

Organisant la rémise en forme de mon blog, j'extrait l'article des voeux de fin d'année que j'avais écrit en 2006 et que je renouvèle hors la période des voeux à certaines catégories de Français oubliés par l'Etat et par une certaine France devenue autolâtre* et de plus en plus stupide. (11 février 2012)

* autolâtre - terme d'histoire religieuse. Adorateur du pain, terme de dénigrement par lequel les calvinistes et autres sectes ont désigné les catholiques qui croyaient en la présence réelle de l'ostie.

"Tout cela vient de ce que chacun, épris de soi-même veut tout mettre à ses pieds et s'établir dans une condamnable supériorité en dénigrant le genre humain" Bossuet

Suivant que vous serez puissant ou misérable... il y aura fête ou non

Meilleurs voeux : Les plus chaleureux – chaleur qui fait défaut par ces temps de grand froid : aux gueux – rejetés par la société, réduits à mendier pour vivre ; aux SDF, aux sans emploi – lourdés pour accroître les dividendes des actionnaires jamais satisfaits, aux salariés précaires – pour la même raison ; aux Français, Françaises et enfants, survivant au dessous du seuil de la pauvreté…

En souhaitant que ce triste Etat français, aura prévu pour vous tous une table une peu plus garnie en 2007, avec un petit chez-soi aussi humble et rudimentaire soit-il – il faut bien rêver !

Mes vœux les plus réfrigérés pour l’ensemble des Politiques et Politicards, trottinant de promesses en promesses en tout genre pour le " plus grand bien de la France " et pressant le pas pour avancer vers les sommets ; aux patrons et chefs d’entreprises, sabordeurs sans pitié des gens qui oeuvrent – en leur attribuant un salaire de plus en plus réduit quand ils ne sont pas jetés sans ménagement dans les caniveaux ; aux retraités nantis et arrogants, dégueulant propos insultants parce que ces jeunes n’acceptent pas toujours des emplois à temps partiel à la limite de l’esclavage !

Mes vœux les plus désespérés pour l’ensemble des étudiants, bons ou mauvais, effrayés des perspectives d’avenir.

Mes vœux les plus sincères à tous les hommes et femmes travaillant sur notre territoire pour le bien commun de tout un chacun. Personnellement, je leur demanderai de s’impliquer par la solidarité aux exclus du travail, ne se sentant concernés que lorsque la tourmente les atteint à leur tour.

Et bien entendu, meilleurs Vœux à M. le Président de la République, après ces deux mandats aux commandes de la France ; France qui se trouve dans un état de délabrement à l’instar du paquebot du même nom.

                                                                                                le 30 décembre 2006

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site