Les bêtises

Le pot d'argile contre le pot de métal

Dangereux – (Lexilogos) qui constitue ou présente quelques dangers pour la tranquillité, la réputation ou l’existence même d’une personne ; spec – qui met en danger les mœurs, l’ordre établi, ou simplement un certain ordre social que l’on a en vu ; en parlant d’une personne, qui présente quelque danger pour la sécurité d’autres personnes ou la patrie ; à qui l’on ne peut pas se fier
- dangerosité : dict. Hachette – état de quelqu’un dont on pense (ou l’on dit) qu’il peut passer à l’acte agressif

Il a était dit par Me le Ministre Morano en parlant de M. Hollande, candidat à l’élection présidentielle 2012 et ayant de fortes probabilités de la remporter, « Cet homme est dangereux. » Si nous tenons compte des divers dictionnaires dont l’usage est de nous fournir sur chaque mot un certain nombre d’informations relatives à son sens et son emploi, que pourrait faire cet homme dangereux, accusé verbalement s’il devenait président ?

Lancer la Nation dans un conflit armé nucléaire ou bactériologique faisant suite aux gueguerres douteuses mettant à mal deux dictateurs et quelques intégristes barbus sur la pléiade qui règne en ce monde ? - bien entendu, il faudrait être vraiment "dérangé" pour commettre un tel acte; mais il est vrai que M. Hollande, inspiré peut-être par Jacques Grand'Maison et son ouvrage Réenchanter la vie, veut "réenchanter le rêve"

Saborder le travail « titanesque » accompli par la droite depuis les législatives du 16 juin 2002 ?

Que sais-je encore ? Peut-être rétablir la peine de mort ; assécher les économies du petit peuple français au nom de la croissance ; occasionner la perte du AAA (ah, non pardon, une des agences l’a déjà rabaissée d’une voyelle le vendredi 13 janvier) ?

Porter la dette de l’Etat français à des sommets vertigineux ; en quelque sorte saborder le vaisseau France ?… accusation gravissime portée à un homme qui n’a pas fait encore preuve de sa compétence ou de son incompétence à la fonction qu’il brigue ! Nous n’en sommes pas là et jeter l’opprobe à une personne élue par le peuple, par une personne également élue par le peuple, pourrait être passible de sanction s’il n’y avait cette entente sous-jacente des acteurs de la politique se succédant alternativement, népotisme et services rendus fonctionnant à la perfection qu’ils soient dans la majorité ou l’opposition, ceci concernant les deux assemblées et autres gros bonnets. En attendant le jour où nous aurons un nouveau Président, il sera temps alors de savoir si le navire France continuera de sombrer.

A l’instant, ce qui nous préoccupe est de savoir que nos gouvernants qui sont aux responsabilités et les élus (es) qui siègent aux assemblées se préoccupent de conduire dans le respect des lois et de la morale les affaires de la France avec un premier objectif de fournir aux citoyens en âge un emploi digne leur permettant de mener à bien une vie digne qui le lie à sa famille.

On y retrouve Lambert…, Godin qui était sergent et que Barbaroux le major a fait casser pour une bêtise. Où ai-je entendu parler d’une bêtise Me Morano ?… N’était-ce pas chez Bourdin ? Le major a fait casser Godin de son grade mais l’époque n’était pas celle d’aujourd’hui. Pensez ! cela se passait dans les tranchées pendant la Première Guerre Mondiale que nous conte Dorgeles dans Les croix de bois. Je vous concède que Albanne, employée au Printemps, a fait une bêtise en adressant à votre encontre chère Madame la Ministre une phrase malheureuse, cette infortunée voulant faire l’intéressante auprès de ses camarades. Vous faisiez vos emplettes dans ce magasin, accompagnée de votre fille, une amie de celle-ci et de votre garde du corps, lequel essuya aussi le sacarsme d’un collègue d’Albanne. Votre sang ne fit qu’un tour et vous adressant à un responsable du célèbre magasin, lui présentant votre carte du ministère et lui martelant : « Je vous préviens, je veux donner suite à ce dossier. » Ce qui fut fait et Albanne malgré ses excuses perdit son travail.

Vous avez dit « dossier » ? avant même d’être sorti de ces lieux, vous aviez déjà élaboré dans votre tête un dossier sur ce cas choquant alors que Albanne, fort désolée d’avoir fait cette grosse bêtise, se confondait en excuses. Sans doute le manque d’intelligence, explication étymologique du vocable bêtise, due au peu d’éducation ou/et d’instruction, celle-ci étant loin d’avoir atteint le 3e cycle. Je profite de ce propos pour vous dire que je n’ai trouvé nulle trace du DESS que vous auriez dû passer en 1986, 5 ans après votre Bac, tout en conciliant études et politique, dans Persée [internet] où sont répertoriés tous les travaux universitaires. Vous y trouverez le mémoire de DEA de ma compagne passé en 1997 et ceux des étudiants qui le passèrent dans les années 70 et 1980… jusqu’à nos jours. Pas de trace non plus du lycée et du bacho avec la mention éventuelle… En tant que citoyen, j’aime bien savoir et j’ai épluché le cursus de tous les élus et hommes et femmes d’Etat responsables de mon pays. Si vous saviez la quantité d’esbrouffes* que j’ai découvertes et que j’ai eu plaisir à dévoiler dans mes articles.

* « Afin de cacher, de son bicorne de général, grade acquis par l’escroquerie à l’esbrouffe « … » le trou de sa culotte. » Arnoux (1956 Roi)

J’espère avoir le plaisir dans votre biographie de lire les renseignements que tout un chacun attend de ses élus ou de ses dirigeants, je vous en remercie à l’avance. Vous dire combien je suis peiné que cette dame se retrouve au chômage pour avoir eu un moment d’égarement qu’elle regrette profondément. Par ces temps où le marasme économique dû à une crise sans précédent plonge le monde entier dans l’angoisse et la désillusion, perdre son emploi qui est source de vie peut entraîner des conséquences néfastes. Dans notre pays où le nombre de sans emplois atteint le chiffre réel de plus ou moins 7 millions, il est très difficile de trouver un emploi stable. Tout au début de notre ère, un pauvre hère, prédicateur simple d’esprit, alors que l’on lapidait une prostituée aurait dit : « Que ceux qui n’ont jamais péché me jette la première pierre ». Libre penseur convaincu, je trouve cette phrase très belle et ce bonhomme bon et noble*, acteur principal d’un conte qui a fait de nombreuses fois le tour du monde en deux millénaires. Cela devrait vous faire réfléchir si de surcroît vous êtes croyante. Sinon, il y aurait tant d’épithètes pour vous qualifier que j’en laisse le choix aux internautes qui me lisent.

* qui est exempt de bassesse ; qui manifeste de la dignité, de la générosité, de la grandeur dans sa pensée, dans sa conduite (Lexilogos) – Pussiez-vous un seul instant être accueillie par ces qualités ?…

                                                                                                                   le 15 janvier 2012
article envoyé aux différents partis politiques disposant d'un mail contact à l'instar de l'UMP... PS

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×