nous sommes administrés par

des sous-développés, combien de temps reste-t-il à la France pour le devenir? 

Fonction publique en France : 5 493 200 fonctionnaires, soit 20,3% des emplois actifs (31 12 2013). Leur nombre ne cesse d’augmenter. Dernièrement, 60 000 fonctionnaires ont été recrutés. Le coût moyen d’un fonctionnaire français est de 3 500 000 euros sur 65 ans. L’espérance de vie du fonctionnaire étant de 85 ans. Soit un coût total pour la France de 210 milliards d’euros pendant ces 65 ans.


Dans le détail de la fonction publique de l’Etat (FPE), en 2011, les effectifs diminuent (- 2%) mais ils augmentent dans la fonction publique hospitalière (FPH) (+1,3%) et sont stables dans la fonction publique territoriale (+ 0,3%). La baisse des effectifs de la FPE est la conséquence d’un départ sur deux à la retraite non renouvelé décidée dans le cadre des politiques publiques (RGPP) adoptée par l’ancienne majorité UMP et continué sous une autre forme par l’actuelle majorité. 

La fonction publique française est au service de l’Administration. Les Administrations publiques françaises regroupent l’Etat, les collectivités territoriales et les administrations de la Sécurité Sociale. Avec les entreprises publiques, elles forment la sphère publique.

L’Etat au sens politique du terme qui désigne l’ensemble des pouvoirs publics de niveau national. Pouvoir législatif et exécutif et la Justice.
Législatif : de la séparation des pouvoirs de Montesquieu appliquée aujourd’hui dans les régimes démocratiques, l’un des trois pouvoirs d’Etat.
Exécutif : le pouvoir exécutif constitue dans un régime démocratique respectant la séparation des pouvoirs chargé de géré la politique courante de l’Etat et contrôler l’application de la loi votée par le pouvoir législatif.

Dans le régime parlementaire, le pouvoir exécutif est bicéphale, il se compose du chef de l’Etat et du gouvernement. En France, sous la Ve République, le pouvoir se partitionne entre le chef de l’Etat et le gouvernement que dirige le Premier Ministre.
La Justice : le judiciaire a pour rôle le contrôle de l’application de la loi et la sanction de son non-respect. Ce pouvoir est confié aux magistrats et dans une moindre mesure aux jurés qui se fondent sur les textes de lois pour rendre des décisions.
En France, en 2013, plus d’un actif sur 5 travaille dans la fonction publique : pour l’Etat : 2,4 millions d’entre eux ; pour les collectivités locales : 1,8 million ; pour les hôpitaux : 1,1 million ; pour les organisations diverses des administrations centrales (ODAC) qui regroupent : les CNRS, l’Opéra de Paris, Météo France, ADEME, IFREMER… au nombre de 600 : 5 500 000 personnes.


Si nous estimons qu’il faudrait pas plus de 3 millions de fonctionnaires pour assumer les tâches de l’Etat, la France tendrait à ressembler un peu plus à notre voisin l’Allemagne qui compte près de 85 millions d’habitants. Alors que la France compte 20,3% d’emplois publics sur la totalité de l’emploi national, l’Allemagne administre son pays avec 12% d’emplois publics. L’expansion de la France a été démentielle depuis 1981. La fonction publique représentait au début de la IVe République 10% des emplois ; en 1980 : 6% de la population active alors qu’avec l’avènement de son auguste majesté feu François Mitterand, elle passe à 27,3% (1981).


Revenons à nos 3 millions de fonctionnaires pour assumer les tâches étatiques. Il faudrait 41ans de non renouvellement d’un certain nombre d’entre eux lors de leur départ à la retraite pour parvenir à ce résultat. Avec ces économies, nous serions désendetté environ du 50e notre Enorme Dette sans compter que l’intérêt de la dette continuerait à galoper jusqu’à son extinction dans plus d’une centaine d’année ( !). Je pense avec peine aux soucis des 1 000 comptables de Bercy qui doivent avoir des palpitations dû au stress de leur objectif supposé. Alors que faire ? C’est tout simple : chercher dans toute la France la moindre petite économie que l’on puisse faire dans le moindre petit mètre carré composant notre territoire, à savoir pour la France métropolitaine et l’Outre-Mer 674 843 000 m2 plus les frontières maritimes, sans oublier de soulever chaque caillou des fois qu’il y traînerait des pièces de 5 cm d’euro ; supprimer tous les privilèges sans exception concernant le secteur publique comme le secteur privé (voiture, logement, gens de service…tarifs spéciaux relatifs aux métiers) y compris ceux des cheminots qui touchent encore ou qui touchaient il y a encore peu de temps la fameuse prime « à la pelleté de charbon » envoyée dans la chaudière de la locomotrice ; mettre toutes les retraites à égalité y compris celles des gendarmes et gendarmettes malgré l’extrême pénibilité de leurs tâches quotidiennes, idem pour les « forces » armées, idem pour les ministres et nos chers élus qui ont l’honneur de « servir la France » ; remplacer les postes supprimés dans l’Administration par des postes dans le privé (après tout de nombreuses missions de service public sont assurées par des entreprises privées) ; prévoir une égalisation juste et certaine de toutes les rémunérations publiques et privées ; rétablir les échelons du travail suivant les catégories professionnelles et les normes sans oublier que les enfants qui n’aiment pas l’école pourraient entrer en apprentissage tout en suivant des cours… Seuls devraient être fonctionnaires les personnels assumant des charges régaliennes auxquelles s'ajouterait le personnel de santé des hôpitaux pour raison de santé publique... Rendons hommage au Général de Gaulle qui était pour la suppression pure et simple du Sénat et renvoyons ses chers « sages » faire preuve de sagesse en d’autres lieux… relativement à la chambre des députés, à savoir l'Assemblée nationale, 100 députés suffiraient ; cesser de s’occuper de ce qui se passe dans d’autres pays et occupons-nous en priorité de ce qui se passe dans le notre. La misère de ce monde est l’affaire de l’ensemble de la planète, une affaire trop sérieuse pour que quelques gouvernants y trempent seulement le bout de leurs ongles. Et surtout tout homme choisi pour s’occuper des affaires du pays se doit de jurer sur l’honneur de ne s’occuper que du seul intérêt général sous peine de sanction sévère. Que chacun d’entre vous chers internautes prennent sa plume et par milliers voir par millions un de ces jours écrivez ce qui ne va pas et ce qu’il faudrait changer. Moi et mes 86 ans, j’espère vivre encore une douzaine d’années avec mon cerveau actuel en très bon état d’usage et clamer tout haut que tant que rien ne changera je ne voterai jamais pour le moins pire d’entre vous messieurs les politiques.


                                                                                                          Le 28 avril 2014

sources : wikipédia et diverses autres 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens

×