peuple otage

Politique aberrante jamais atteinte !
Aberrante : qui s’écarte de la règle, se fourvoie, est contraire à la raison


Pour l’instant, ne nous aventurons pas trop loin dans le passé. L’un des travaux auxquels je me suis attachée, c’est la naissance de l’histoire des sociétés qui se sont succédées au fil du temps. C’est un long, très long travail de recherche… nous verrons ce qu’il en résultera.


En attendant, permettez que je m’acharne sur les partis politiques, ces brigues sorties de je ne sais où… réunissant des groupes de personnes choisies au hasard des circonstances, non pas pour leurs qualités mais mues par un intérêt commun qui, lorsqu’elles arrivèrent au pouvoir, ont fait main basse de la façon la plus honteuse sur les rouages de l’Etat – budget, armée, police, éducation… et tous les organes de l’Etat.


Il n’y a pas si longtemps existaient des clubs de pensée – Cordeliers, Montagnards, Girondins, Jacobins, Feuillants… Chacun d’eux développant leurs idées, les uns désirant l’abolition des privilèges de la noblesse et du clergé et voulant acquérir autant de pouvoir politique qu’ils avaient de pouvoir économique ; d’autres mettant en cause l’imposition excessive du Tiers Etat dont faisait partie la bourgeoisie. Nombres d’entre eux inspirés par l’Angleterre voulaient une monarchie constitutionnelle et parlementaire – notons que ce pays depuis la Charte de Jean sans Terre de 1215 dispose que le peuple consent à l’impôt. D’autres encore s’affirmaient pour l’abolition des corporations et des jurandes afin de libéraliser le travail… le commerce. Il faut dire que l’individu dans la société de l’Ancien Régime n’existait en tant que tel mais uniquement par son appartenance à un corps de métier ou un ordre social. L’individualisme : c’est ce que crée la Révolution Française de 1789, à savoir la reconnaissance de l'individu, du citoyen et de droits inhérents à la personne elle-même et non plus au collectif.


Deux siècles plus tard, seuls deux partis influencent réellement notre vie politique. Ces deux partis sont censés représenter deux doctrines opposées. Mais, il faut remarquer que leur pratique politique et les politiques publiques qu’ils développent sont sensiblement identiques lorsqu’ils accèdent à l’exercice du pouvoir entendu que le PS – parti de gauche – ne peut mettre en œuvre sa doctrine, rappelé par les exigences économiques et qu’il en est de même pour l’UMP – parti de droite – qui ne peut mettre en œuvre ses idées dans la mesure où s’ensuivraient des grèves générales… des rebellions : la réalité sociale le rappelle à la modération d’autant plus que la situation actuelle de la France est la résultante des politiques publiques menées depuis les années 70.


Au fait, que représente les membres de ces partis ? Force est de constater qu’il ne représente pas l’ensemble du peuple français mais uniquement des fractions de celui-ci, castes ayant les mêmes intérêts en commun. Non seulement, l’on a confisqué le pouvoir au peuple par le procédé du système de la souveraineté nationale mais année après année, c’est toujours le même personnel politique.


A quoi sert le budget de l’Education nationale appelée autrefois l’Instruction Publique, budget le plus conséquent de notre pays ?– après celui de la dette, précision : celui du paiement des intérêts de la dette*. Dans quel but avons-nous de grandes écoles pour former les élites de la nation si les meilleurs d’entre eux sont obligés de se vendre ailleurs devant le spectacle navrant de nos pinochios politiques qui se meuvent au gré de leurs ficelles tirées par les acteurs économiques. Nous sommes en manque de Politique, ce Politique qui doit définir et impulser les politiques publiques ; de facto, l’Economie gouverne le monde.


Peuple de France, le système électif actuel paralyse notre pays. Le choix se fait entre ne pas voter ou voter pour un des candidats présenté par son parti.


* 19 000 millions de millions d’euros de dette cumulée par les deux partis au pouvoir depuis les années 70, à savoir plus de 80% du PIB et détenue pour la majorité par des acteurs étrangers
« Les dettes qu’ont paie font des trous ; celles que l’on ne paie pas font des tâches**. »
** au sens figuré : perte de l’honneur, souillure morale
Tous les hommes sans exception qui ont contribué à l’élaboration de cette immense dette qui a plongé la France dans un tel marasme ont failli à l’honneur et peuvent être taxés de malhonnêteté et de corruption.
Mon séjour en vacances s’achève, je rentre ce lundi sur la France. Je posterai mon premier article sur l’histoire des sociétés la première semaine du mois d’août, en l’occurrence : la Mésopotamie.

                                                                                                        le 23 juillet 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×