ce que firent ces petits êtres de chair et d'os...

 

1238105 689690517750576 119310959 n  

           L'être de chair et d'os qui, pendant 5 000 ans, sauva le peuple de l'Egypte ancienne de la faim lorsque le Nil entrait en conflit avec la terre nourricière (inondations) une fois tout les 5 ans en préservant le grain si précieux stocké dans les silos. Imhotep, considéré comme le premier médecin et grand penseur de la civilisation, semble lui avoir transmis le goût de l'étude...

Mensonge – tromperie de l’homme destiné à devenir élu ou faisant partie de l’Etat.

Duplicité – le fait d’avoir un comportement double variant selon les circonstances – la duplicité des hommes politiques – « Un individu prudent (…) jusqu’à la duplicité, l’intrigue… » Léautaud (1870-1956), Journal litt. 1 1893-1905 P 353, humaniste français « De la vertu morale », étymol et hist. Amyot (1513-1593) « quelques duplicités et meslanges en l’âme même » 1572
Caractère de l’être qui adopte un comportement différent de ses pensées profondes, de tromper par dissimulation. Synon. partiels – fausseté, hypocrisie « Ma bien trompée avec ses ans de franchise ! quelle duplicité ! » Martin Dugard (1881-1958), Taciturne (1935, ///, 9 p.1343
Quelques synonymes : artifice, calomnie, contre-vérité, fourberie, imposture, sournoiserie.
Antonymes qui devraient s’accorder aux hommes politiques : cordialité, exactitude, fidélité, franchise parmi les 9 antonymes.

LIBERTE – état de celui qui n’est pas soumis à des contraintes externes
 condition de celui, de ce qui n’est pas soumis à la puissance contraignante
 condition de celui qui n’appartient pas à un maître. Jusqu’au 13e siècle, l’individu avait travaillé isolément pour le service d’un château, d’une abbaye ou d’une maison royale, l’histoire de son existence s’est résumée dans le labeur quotidien du serf, il n’avait ni liberté, ni profit : « La propriété fait aimer la terre à l’homme, la servitude la lui fait haïr. » Victor Hugo (1842)
 condition de celui qui n’est pas détenu en particulier condition d’un malade mental ou soi-disant suivant sa famille pour des questions d’héritage ou qui n’est que soustrait à la vie en société
état d’un animal qui ne vit pas en captivité
état de la nature en tant qu’elle ne porte pas la marque de l’homme (l’eau)
pouvoir que le citoyen a de faire ce qu’il veut sous la protection des lois et de la limite de celles-ci
La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas à autrui, elle a pour principe : la nature, pour règle : la justice, pour sauvegarde : la loi, sa limite morale est dans celle-ci : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait. » Recueil textes historiques, Constitution 1, p.68 1793

EGALITE – sur les frontons, l’Egalité s’affiche, il faut préciser qu’il ne s’agit pas d’une égalité de fortune, de biens mais d’une égalité juridique, à savoir que tous les hommes sont égaux devant la loi et assujettis à elle. Mais en réalité, « suivant que vous serez puissant ou misérable, le jugement des hommes vous rendra noir ou blanc » La Fontaine… toujours d’actualité ! La différence de statuts entre 20% de fonctionnaires et 80% de salariés du secteur privé, bien qu’elle soit légale et ne viole pas le principe de l’égalité juridique peut être qualifiée d’immorale.

FRATERNITE – sur les frontons, la Fraternité, sentiment de solidarité et d’amitié, s’affiche. Croyez-vous vraiment que les enfants des cinq présidents de la République qui se sont succédés aient un quelconque sentiment de solidarité et d’amitié avec les enfants issus de la plèbe ? 

APPRENTISSAGE – depuis fort nombreuses années, je clame que l’apprentissage est nécessaire aux adolescents qui, arrivés au collège et ayant en horreur cet établissement, devraient entrer en apprentissage pour y apprendre un métier digne qui leur permettrait plus tard de fonder une famille comme c’était le cas dans les années qui ont précédé et suivi ma vie d’adulte (années 30-40). A chaques grandes vacances, ma mère m’a mis en apprentissage pendant deux mois sur les trois mois d’été. Je suis passé d’apprenti électricien auto à celui de mécanicien auto-diesel en passant par un atelier de machines outils et un bureau de dessin et, ayant passé avec succès mon certificat d’études avec mention, j’entrais pendant six ans à l’Ecole industrielle de Casablanca qui a fournit pendant de nombreuses décennies les agents techniques de l’Empire chérifien du Maroc qui différaient de l’appellation que l’on donne aujourd’hui à tort et à travers (agent technique de propreté (avant c’était un balayeur ou une femme de ménage ; cela fait plaisir à ceux qui héritent de ces titres et aux patrons qui n’ont pas besoin d’augmenter les salaires…). A cette époque, nous entrions en apprentissage entre 12 et 14 ans, 12 ans étant l’âge de passer le Certif (CEP, Certificat d’Etudes Primaires). En principe, 50% des élèves réussissaient leur Certif ; les autres entraient en apprentissage. Ce dernier durait environ 3 ans. L’apprenti devenant ce que l’on appelait un demi-ouvrier. Il acquérait le titre d’ouvrier de 3e catégorie à l’âge de se marier, à savoir après son service militaire (21 ans) et fondait une famille. J’ai écouté attentivement le discours de M. Hollande au sujet de l’apprentissage. A croire que celui-ci suit de près mon blog ! où je ne le ménage guère pourtant. Non ! l’apprenti n’avait pas de salaire à cette époque-là, messieurs les Grandes Gueules (RMC). Le patron lui donnait une petite enveloppe pour aller au cinéma et se payer les illustrés d’alors – L’Aventure, Pim Pam Poum, Houra, Tarzan… et une crème à la vanille à l’entracte du cinéma. L’apprenti n’était pas une petite nature, il soulevait en atelier les poids qu’il pouvait ; pour le reste, il savait se servir d’un palan. Il savait grimper une échelle, il trempait ses bras dans le mazout et faisait quelques travaux parfois pénibles. Moi, par exemple, pendant l’apprentissage, j’allais deux fois par semaine faire de la lutte gréco-romaine et m’adonner à la gymnastique – la Casablancaise – sur barre fixe, cheval d’arçon, anneaux et barres parallèles. Je ne passais pas mon temps à pianoter du bout des doigts des consoles de jeux ! A 22 ans et 64 kg, je soulevais de terre 220 kg et barre sur l’épaule je faisais des squats avec 200 kg. Ce qui m’a permis beaucoup plus tard d’être triple champion de France de powerlifting, double champion d’Europe et champion du monde à Saint-Louis à 65 ans – chez les vétérans. Les apprentis de cette époque allaient aux cours du soir de 19 à 22h cinq fois par semaine. Ils faisaient quantité de sport suivant les saisons sans que leurs parents n’aient bourse à délier. Aujourd’hui, faire le moindre sport coûte un argent fou pour un ménage n’étant pas famille nombreuse alors qu’aux Etats Unis ou en Russie, le sport pour les enfants qu’ils soient apprentis, élèves ou étudiants est entièrement gratuit. Aujourd’hui, seuls les enfants issus de parents possédant bonne situation ou simplement friqués peuvent faire du sport en France. Il me semble que les enfants d’autrefois possédaient un corps sain, avaient plus d’éducation et de respect pour les personnes plus âgées et pour ma part je n’ai jamais connu un garçon de mon âge d’alors laisser une personne faible se faire tabasser sans réagir. Si les salles de culture physique étaient abordables ou gratuites pour les jeunes gens d’aujourd’hui, il ne serait pas question de surpoids à déplacer ou d’interdiction de franchir une hauteur de plus de 0,80 m (loi sur les apprentis et autres règlements imbéciles pour former les apprentis). Dîtes-vous bien aussi que si l’enfant est attiré par la boulangerie, que l’on se dise que la fabrication du pain commence aux alentours de 24h pour se terminer aux alentours de 6h du matin. J’ai eu de nombreux amis qui ayant échoué au Certif sont devenus de parfaits ouvriers. Certains se rendant compte que les théorèmes de géométrie qui les ennuyaient tellement autrefois s’adaptaient au métier entrepris. Enfin ils comprenaient l’utilité de ces mots barbares. Certains sont devenus des chefs d’équipe, d’autres contremaîtres, d’autres encore agents techniques, et beaucoup d’entre eux ont monté leur propre entreprise. Ils ont vite compris l’utilité de deux droites parallèles qui ne se rejoignent qu’à l’infini, que le cercle pouvait se partager en 360° ou 400 grades, à quoi pouvait servir sinus, cosinus, tangente et cotangente… dans une carrosserie automobile ou dans quelque métier que ce fut… une cuve à huile. A quoi pouvait servir un dessin industriel. Ils apprirent à souder et découper le métal ; fabriquer les roues dentées des boites à vitesse, des arbres à transmission et tant d’autres choses… Ils ont haï l’école mais ils ont adoré leur atelier, leur entreprise et compris en ces lieux de travail ce qu’ils ne pouvaient pas comprendre en apprenant la Guerre de Cent ans ou la poésie.

M. Hollande, une question : combien la France compte-t-elle d’artisans ? Comment avez-vous pu laisser vous et vos prédécesseurs tant d’entreprises fermer ? Comment peut-on dans notre pays ne pas reconnaître la découverte, l’invention : des Français ont mis au point une technologie afin de recharger et normaliser toutes les batteries utilisées et se substituer aux batteries au lithium (téléphone, ordinateur, montre…) ; leur brevet en poche, impossible de trouver une entreprise en France pour la fabrication et la commercialisation. Une fois encore, il a fallu que ceux-ci s’exilent en Californie pour trouver preneur… La société a besoin de diversité : intellectuels, manuels… hommes, femmes… jeunes, vieux… Il faut de tout pour faire un monde : du boulanger pour faire le pain, de l’instituteur qui apprend aux enfants à lire et compter (et la règle de trois qui est de toutes les règles la plus utilisée), du maçon pour faire des constructions… du comptable pour gérer l’entreprise, de l’apprenti pour former un bon futur ouvrier – voir les cristalleries de Baccarat où tout ouvrier a commencé par être apprenti.


EMPLOI – faire usage d’une chose en la faisant fonctionner, en la faisant entrer dans la composition de quelque chose, en la consommant. Synon. se servir de, user de, utiliser, employer des matières premières, employer un médicament, employer un appareil, des armes… Pourquoi ne fabrique-t-on plus de machines outils et avons-nous laisser ce travail aux Allemands et aux Italiens ? Ne sommes-nous pas capables de fabriquer des étaux-limeurs, des perceuses, des tours, des fraiseuses alors que nous sommes à la pointe du progrès en ce qui concerne les TGV, l’aviation, la conquête de l’Espace, les navires de guerre, les sous-marins, les voiliers de plaisance… ? Pourquoi laisserions-nous les Japonais seuls fabriquants des motos ? Nous qui avons été les précurseurs du tissage (Lyon), pourquoi laisserions-nous aux autres leur fabrication ? A ce propos, je vais vous conter une belle histoire qui s’est passée il y a quelques mois. Un homme achète un hangar, dans celui-ci il trouve une antique machine à tisser anglaise datant du 19e siècle. Il se met en rapport avec un artisan anglais mécanicien spécialiste dans les machines à tisser. Celui-ci vient en France, démonte toute la machine pièce par pièce, détermine les pièces trop usées et en fait usiner de nouvelles sur ces modèles. La machine remontée, fonctionne à merveille. Notre homme commence avec trois ouvriers à tisser… aujourd’hui, il possède une dizaine de machines à tisser de la même époque qu’il a fait venir d’Angleterre et de tous les coins d’Europe. Le mécanicien anglais s’est installé dans le village pour l’entretien de ces machines. L’usine a des commandes dans le monde entier. Dans quel pays trouve-t-on des ponts aussi légers bien qu’extrêmement efficaces qu’en France ?
La France possède des chaînes de montage automobile – Citroen, Renault, Toyota… - depuis de nombreuses années déjà, Renault fournit la Formule 1 en moteurs pour différentes marques avec le succès que nous connaissons. Encore un petit effort messieurs, ne serions-nous pas capables d’avoir une voiture complète en y rajoutant le chassis adéquate ? Pourquoi la France, le prix des carburants ayant atteint des sommets inabordables pour le commun des français, ne pourrait-elle pas fabriquer des vélomoteurs, des tricycles commerciaux pour les livreurs (pizzayolo entre autres)… développer les voitures électriques ?


Autre exemple dans un autre domaine : deux chimistes françaises développent à Toulouse « Graine de pastel », développement de produits cosmétiques en utilisant de l’indigo cultivé en France. Leur entreprise devient majeure en http://grainedepastel.com/fr/ cosmétiques (ne pas oublier que la cosmétique est de la chimie et que la chimie a toujours fait partie de l’industrie française, voir l’entreprise Loréal, un des fleurons de la France).
Messieurs du Gouvernement, messieurs les maires et présidents des communautés urbaines, vous avez créé une dette en près de 40 ans s’élevant à 1209 milliards d’euros, avez-vous réfléchi un seul instant à quoi aurait pu servir cette manne ? Vous êtes responsables du chaos où se trouve actuellement notre pays et son peuple. C’est pourquoi, je dénonce le consensualisme des médias et vais axer toute mon attention sur les élus, leurs actions passées et leurs actions futures.


Il y a quelques siècles en France, des milliers d’artisans travaillaient dans la joie. La France était un grand pays admirable, malheureusement affublée à sa gouvernance d’une bande d’abrutis qui ressemble étrangement à celle que nous possédons et qui a mis à mal jusqu’au siècle dernier le peuple français à vouloir guerroyer pour la « grandeur de la France ». Ont suivi les Républiques italiennes, l’Angleterre, l’Espagne, l’Allemagne, la Russie, l’Europe centrale qui non seulement ont passé leur temps à s’entre-tuer mais à conquérir le reste du monde et qui a finalement profité, et ce n’est que justice, d’avancer leur civilisation de quelques siècles et qui sont en passe de prendre la relève de nos vieux pays d’ici quelques années, si nous continuons à gérer notre pays avec les citoyens les plus ignares qui de mémoire d’homme foulèrent jamais notre sol.


La liberté de penser signifie pour le citoyen que je suis, en matière téméraire, de penser que les matières morales de ce gouvernement sont au-dessous de tout. Pour les élus, hommes d’Etat y compris le chef de l’Etat lui-même, ministres et secrétaires d’Etat, conseillers, il suffit de cliquer le nom pour obtenir dans wikipédia ou ailleurs une sorte de curriculum vitae avec photo souriante. L’on y trouve les origines parentales ainsi qu’il advint d’eux avant que leurs rejetons parviennent à un poste important puis l’origine et signification du patronyme qui pour les citoyens que nous sommes ne présentent aucun intérêt. Seul ce que sera capable de faire pour la France leur fils ou fille chéri(e) nous importe ! (népotisme oblige) Pourquoi pas un arbre généalogique avec un aïeul renommé en d’autres temps et qui serait en perdition s’il vivait à notre époque !


M. le président, sans nous parler des études primaires que vous fîtes à Neuilly ni de votre bac, vous poursuivez vos études à l’Université Panthéon-Assas surnommée depuis fort longtemps « la fac des fachots » où vous obtenez une Licence en droit. Le choix de cette université est-il en relation avec votre père, candidat aux élections sur une liste d’extrême droite ?


Question : à quelle date et avec quelle mention êtes-vous diplômé ? Aura-t-il fallu trois ans pour l’obtention de votre licence ou plus ? Etiez-vous déjà inscrit dans un parti politique lorsque vous avez été diplômé ? Savoir pour le citoyen français les détails précis de votre cursus universitaire est très important. Tout le monde semble avoir oublié.


Puis HEC Paris, date d’entrée ? date de sortie ? quel diplôme ? une mention ? Il ne suffit pas d’être inscrit pour être diplômé ! à l’instar de Me Dati qui disait avoir fait HEC alors que la directrice affirmait qu’elle s’était certes inscrite mais n’avait validé aucun module afin d’obtenir son diplôme.
IEP Paris : date d’entrée ? date de sortie ? quel diplôme et quelle mention ?


Pendant vos études, en 1976, je signale aux internautes que vous aviez 20 ans en 1974, vous êtes réformé au Service militaire pour myopie. Vous obtenez un deuxième examen au fort de Vincennes : décision annulée. Nous pouvons ainsi dire que M. Hollande a bénéficié de la « gentillesse » du médecin militaire en tant qu’énarque… il est vrai qu’il pouvait penser que ne pas faire son service militaire pourrait être un handicap pour sa carrière – combinazione, combinazione…


Ayant retrouvé la vue par miracle, il pouvait à nouveau toucher une cible au fusil à 200m de distance et faire un score s’approchant des 100 ?… de surcroît, faire les EOR, Ecole des officiers de réserve, à savoir en cas de guerre en tant que sous-lieutenant être à la tête de sa compagnie et la mettre en danger ! … bizarre… Puis vous faites vos classes… en tant qu’élève officier de réserve à Coëquidam en janvier 1977 puis vous rejoignez l’école d’application du génie, EAC, génie ce n’est pas l’infanterie, pas de coup de fusil. Et ce, avant votre affectation au 61e régiment à Oisel ? Vous finissez votre service militaire en 1978 avec le grade de lieutenant de réserve (hum !).


Je demande aux élus titulaires de diplômes universitaires du 1er, 2e ou 3e cycle de les numériser afin de nous rassurer sur les qualités intellectuelles possédées. L’on pourra toujours douter de la réalité des diplômes s’ils refusent… Il est à signaler que les étudiants en 3e cycle titulaires de mémoires de DEA sont tous répertoriés sur le site Persée et que les thèses de doctorat sont publiées sur le site de l’Atelier de reproduction des thèses ou dans des maisons d’édition type L’Harmattan. Et qu’on ne me dise pas « c’était il y a longtemps » en supposant qu’on ne puisse les trouver puisque déjà celles des professeurs des Universités qui ont soutenu leurs thèses dans les années 60 apparaissent ! Je vous donne comme exemple MAM dont on ne retrouve pas mention de ses thèses – droit et science politique – aussi nous apprécierions qu’elle nous les numérise.


« Pour examiner la vérité il est besoin une fois en sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu’il se peut. » René Descartes (1596-1650)
                             

 

                                                Dea droit public fondamental    Doctorat   

                                                      Il n'y a aucune honte à montrer ses diplômes... qui représentent tant d'années d'étude.                                     Voici ceux de ma compagne qui lui servent à assouvir sa passion de la recheche et la transmission                                                                                                                             des savoirs pour les générations futures                                                                                                                                                www.anaxagora.net 

                                                                                                        Le 7 mai 2014

 

ps : désolé je n'ai pu insérer le lien pour le site, aussi si vous êtes intéressé taper l'URL www.anaxagora.net 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site