FOURBERIES POLITICARDES

Chaque jour nos politiques nous concoctent des surprises fort désagréables qui n’arrangent pas nos budgets qui vont s’amenuisant au gré de leur humeur considérée dans ce qu’elle a d’irréfléchie et opposée aux attentes de la population, encore une fois dupée, donnant raison à D’Alembert qui énonçaitle fait que « la politique est l’art de tromper les hommes ».

Aussi ai-je décidé de suivre pas à pas les décisions et actions de nos « hommes d’Etat » dans une nouvelle rubrique intitulée « les fourberies politicardes».

Le Petit Robert – fourberie : caractère du fourbe, disposition à tromper par artifices – moyen trompeur et indigne pour déguiser la vérité ; synonymes : duplicité, trahison, traîtrise – « Je ne trouve partout que lâche flatterie, Qu’injustice, intérêt, trahison, fourberie. » Molière

Littéraire : tromperie hypocrite

Politicard – politicien arriviste, sans scrupules – adj : calcul politicar.

Programme socialiste lors de la campagne présidentielle 2012 – L’une des priorités, la lutte contre le chômage. Pouvons-nous un instant croire que le fait d’augmenter le forfait social payé par les entreprises, qui passe de 8% à 20%, va inciter celles-ci à embaucher du personnel ? Ponctionner brutalement les créateurs d’emplois que sont les artisans et les PME c’est affaiblir le monde de l’emploi, de freiner l’investissement nécessaire à la bonne marche de toute entreprise, de ralentir la création de nouvelles entreprises, de rendre plus attractive la concurrence des produits importés des pays émergents. C’est l’effet inverse qui est à craindre. De surcroît, l’annulation de la disposition créant les heures supplémentaires exonérées de charges sociales s’ajoutant à ce «nouveau cadeau fait aux entreprises », il est à craindre que le volume du personnel diminue au sein de celles-ci. Il est à remarquer trois faits : les entreprises refuseront du travail dans leurs carnets de commande si elles doivent payer des heures supplémentaires ; les salariés ne feront plus d’heures supplémentaires et vont perdre d’autant en termes de pouvoir d’achat. Ce nouveau dispositif n’encouragera pas les embauches pour autant, d’autant plus que le gouvernement prévoit une loi afin d’empêcher certains licenciements.

Si l’Etat a besoin de recettes pour faire face à l’endettement de notre pays qu’il a façonnée tout au long des deux dernières décades, qu’il mobilise toutes les forces disponibles pour lutter contre les mauvais fonctionnements des services étatiques, situation créée avec des hommes politiques aux commandes depuis de fort nombreuses années. Chaque ministère devrait être disséqué, analysé méthodiquement, autopsié avec la plus grande précision afin de rationaliser son activité et tirer le rendement le plus strict à sa bonne marche.

Le peuple a le droit de connaître le coût à l’euro près du fonctionnement de l’Etat. Il est impensable et inadmissible que le Parlement vote sans mot dire toutes les lois de finances, y compris les lois rectificatives intervenant au cours de l’exercice, donnant ainsi son aval à une bande d’écervelés atteints par la folie des grandeurs si l’on se réfère à ce qui a été accompli jusqu’à présent. Cela concerne aussi bien l’Etat que les collectivités locales.

Etre fonctionnaire ne dispense pas l’individu de faire preuve de bon sens, de probité, de rendement, qualités qui sont demandées aux employés du secteur privé et, comme à ces derniers, que les sanctions s’appliquent avec la même fermeté pour les premiers nommés. Le mot Egalité sur le ponton de nos mairies n’aura de sens que lorsque les gens du privé et les fonctionnaires quels qu’ils soient seront dans une situation juridique identique.

Mais il faut noter que si la réforme structurelle de l’Etat apparaît comme une nécessité indispensable afin de rationalisation, les syndicats puissants par le nombre de fonctionnaires adhérant résistent à la seule idée du changement – tant prôné et clamé par le Président. Il n’est pas un chef d’entreprise opérant avec la désinvolture familière des fonctionnaires de l’Administration qui ne ferait très rapidement faillite.

Une question nous interpelle : pourquoi toutes les fonctions des services de l’Etat – ou des collectivités locales – devraient-elles être occupées par des fonctionnaires, à savoir des personnels ayant un statut de droit public exorbitant du droit privé ? Le statut de fonctionnaires ne devrait être réservé qu’aux personnels des fonctions régaliennes : les Finances, la Justice, l’Armée, la Diplomatie ! Pourquoi un bibliothécaire, une infirmière, un cuisinier, un chauffagiste, un chauffeur, une employé de bureau... doivent bénéficier d’un tel statut ? Statut privilégié en soi puisque, à moins d’un événement extraordinaire, l’agent public restera agent public toute sa carrière professionnelle ; statut privilégié en raison des avantages extérieurs : facilité pour obtenir un crédit à taux inférieur à celui du marché afin d’acheter de l’immobilier, facilité pour les assurances... facilité pour louer un logement en raison de la confiance des bailleurs relativement à une personne qui ne risque pas de se retrouver au chômage dans les mois qui viennent...

L’équipe socialiste actuelle qui forme le gouvernement prône comme le font à l’accoutumée les Socialistes le Changement – en 1981 : slogan de la campagne de Mitterand, « changer la vie », il est vrai que nombre de Français ont vu leur vie changer !... en pis. Plus conservateurs que cette équipe actuellement au Pouvoir, tu meurs ! Il faut dire qu’ils sont à 98% fonctionnaires et alternent au gré de leurs succès et insuccès électoraux de la fonction publique à la politique ! Vous ne pensez tout de même pas que les privilégiés vont s’auto-flageller... Leur pire cauchemar serait qu’un jour il n’ait que le recours de rejoindre le secteur privé... « La grande peur de la famille fonctionnaire trouillard ».

Je rappelle à ceux qui l’auraient oublié l’article que j’ai écrit sur la ville de Nantes entre autres et l’endettement de nos municipalités que celle-ci ainsi que son intercommunalité occupaient déjà avant la crise la deuxième place des villes et intercommunalités les plus endettés de France. Cette ville et ses abords étant sous la Présidence du maire de Nantes M. Ayrault, actuel Premier ministre. Cela donne à réfléchir, peut-être est-ce un bien puisque le quidam sait ce qu’il faut faire et surtout ne pas faire... La conduite sociale en accord avec les usages et le respect d’une certaine forme de décence devrait être la seule direction empruntée par un responsable politique. Ce même personnage, lors de la présentation du Programme du gouvernement à l’Assemblée, a levé les bras et a eu un sourire de circonstances devant la désapprobation de certains députés à l’annonce de l’augmentation de l’imposition. Avait-il déjà oublié que quelques jours auparavant, il était à la tête de l’opposition et que son attitude ainsi que celles des groupes qu’il représentait était si proche de celle qui lui était rendue que l’on aurait pu supposer que les acteurs de l’opposition et de la majorité étaient rattachés les uns aux autres comme les frères siamois, jumeaux originaires de Siam présentés en 1829 et que les bancs qui accueillaient hier la tiédeur de leurs postérieurs n’avaient encore point refroidi.

Nous avions il y a peu un Président dit « la bougeote » ou « la danse de saint guy », le nouveau ne s’annonce pas mal lui aussi. En moins de 15 jours, voyage chez Me. Merkel – visite au sieur Obama pour faire connaissance et présenter sa French girl friend – redépart aux USA pour un G20 où il fut question de... « que dalle » comme d’habitude, des déclarations qui n’engagent que ceux qui y croient – voyage à Rio pour le sommet de l’Environnement qu’ils graviront une prochaine année... 4 voyages avec un Number Force One French, la quirielle de journaleux qui profitent de l’aubaine – il me semble avoir oublié un voyage au plat pays consommateur de moules-frites pour une conférence ou une présentation.

Le peuple français dont je fais parti demande expressément comme il en a le droit et le devoir le coût de ses voyages qui s’inscrivent bien dans la « normal-ité de la Présidence ». Le Président pendant la campagne a insisté sur le fait qu’il serait un Président normal, à savoir simple comme le sont les Français ; nous remarquons en effet qu’il est un Président normal, à savoir qu’il suit les pas de ses prédécesseurs ! Les affaires urgentes qui préoccupent nos concitoyens sont remises au long terme... à savoir aux calendes grecques.

Questions que l’on peut se poser –

¤ comment évaluer le nombre de pauvres en France ? Les cartes de CMU en cette année 2012 auraient du être distribuées comme à l’habitude à la date X. La Sécurité sociale informe qu’il faut deux mois de plus pour recevoir les prorogations. La raison en est le nombre croissant de nouveaux demandeurs, conséquence de l’augmentation du chômage et de la pauvreté dans notre pays. En fait, le nombre de pauvres ne correspond ni au chiffre des chômeurs, ni à celui des bénéficiaires du RSA mais à celui des bénéficiaires de la CMU – actifs ayant des salaires bas, retraités percevant de très modestes retraites, les handicapés à taux non plein de handicap. Il faut ajouter les étudiants qui lors de leur inscription à l’Université paient la Sécurité sociale et ne bénéficient pas de la CMU même s’ils n’ont pas de revenus, ce qui est une anomalie. Etant en Espagne en ce moment et ne disposant pas à domicile d’internet, il m’est impossible de faire une recherche pour vous communiquer ce nombre... ce que vous pouvez faire vous même.

¤ La plupart des économistes s’accordent à dire qu’à un taux inférieur ou égal à 5% de chômage, les comptes sociaux recouvreraient l’équilibre. Plus il y a dans un pays comme le nôtre de chômeurs et plus les charges sociales sur les salaires et les impôts augmentent. Le Royaume Uni et la Belgique se sont félicités qu’en France la fiscalité (charges sociales, fonds social, barème de l’impôt sur les sociétés...) soit en augmentation. Si en Belgique, bien que le coût du travail soit supérieur à celui de notre pays, leur fiscalité encourage et favorise les investissements et crée nombre d’entreprises donc nombre d’emplois. La France, pour les étrangers, reste le pays des Droits de l’Homme, du tourisme mais ils ne la perçoivent pas en termes économiques.

¤ Dans l’hexagone, la droite ne peut faire une politique en raison de circonstances sociales qui ne s’y prêtent pas et la gauche ne peut faire une politique de gauche en raison d’impératifs économiques. De facto, cette situation initie des politiques publiques quasi indifférenciées, à l’exception du taux de redistribution des revenus – en ces temps de vache maigre je déplore le peu de revenus restant à redistribuer ! - , le seul domaine qui les oppose avec la conception de l’action publique entendu que la gauche pense uniquement en termes de dépenses auxquelles il faut trouver les recettes pour la réalisation – ex : le domaine de l’Education nationale. En cette activité particulière, la gauche n’envisage qu’une augmentation des moyens en terme de personnel et de matériel. Il faut « mettre plus d’argent ». Il faut remarquer l’augmentation pour la prochaine rentrée scolaire de l’allocation de 25%, somme donnée en argent aux familles – il faut signaler l’augmentation des achats d’électroménager et d’écrans de TV juste avant la rentrée scolaire... l’on nous fait comprendre que l’énoncer n’est pas politiquement correct car l’on appuie sur l’irresponsabilité de certaines personnes qui bénéficient d’aides mais la réalité est la réalité et je l’énonce car cela est ma liberté de penser et de m’exprimer : l’argent du contribuable doit être bien utilisé ; l’allocation de rentrée scolaire doit servir uniquement aux besoins de l’enfant pendant l’année scolaire. Ne serait-il pas plus efficient d’évaluer les besoins en fourniture, de passer des marchés publics afin de minorer les coûts et de distribuer dans les établissements le matériel comme cela se faisait à l’école primaire à mon époque dans les années 30/40 ?

Alors que nombre de personnes sombrent dans le désespoir et ne voient aucune éclaircie, les gouvernements successifs manquent de courage politique. L’état d’urgence doit être déclarée afin que puissent être prises toutes les décisions qui s’imposent à l’exemple de l’Allemagne dès avant la réunification et de Me Merkel actuellement qui prône et privilégie une discipline budgétaire contrôlée au niveau de l’Europe. Après tout, l’Europe dispose d’un tel potentiel humain inégalé dans le monde en ce qui concerne la création, l’imagination, la connaissance, l’histoire, l’expérience avec tous ces grands hommes qui ont oeuvré dans les siècles passés, la productivité, le sérieux... tout ceci ne demande qu’à s’enclencher à condition d’abandonner ces politiques absurdes depuis la création de la communauté telles que les grands travaux. Il faut initier de grands projets européens à l’exemple de ce que fût à l’origine la création de Airbus ou d’Ariane et non que chaque pays se replie sur lui-même. Pour illustrer notre propos : la France est en retard dans le domaine de l’informatique pour avoir voulu se différencier et avoir créer le minitel. Que d’années perdues !... La recherche dans le domaine des cellules souches interdite en France pour des raisons de loi bioéthique et de morale religieuse alors que nombre de pays poursuivent les leurs et ont pris d’ore et déjà une avance conséquente, tel l’Allemagne.

Nous avons à faire face à une guerre économique absurde et impitoyable dont les protagonistes ont des conceptions divergentes en matière économique, d’environnement, des droits de l’homme, du droit et de la propriété – la propriété immobilière puisqu’en Chine, les « propriétaires » n’ont que l’usage de la chose mais ne peuvent la vendre, tout appartient à l’Etat ; propriété intellectuelle : les pays émergents dont la Chine, l’Inde et le Brésil qui font travailler les enfants ne reconnaissent pas la propriété intellectuelle et font des contrefaçons. Nous pouvons remarquer la violation des droits de propriété intellectuelles, des droits de l’homme et du travail – avec des journées de 16h : véritables camps concentrationnaires de travail avec dortoirs où les individus disposent de quelques décimètres carrés pour dormir et vivre, avec réfectoires pour prendre les repas en commun... L’Europe fait preuve d’un laxisme inconcevable en laissant entrer et circuler ces produits manufacturés provenant des pays émergents sans contrepartie – contrairement aux Etats Unis, symbole par excellence du capitalisme libéral.

Aujourd’hui, M. Hollande réunit les partenaires sociaux. Il nous confirme que « les temps sont durs » : très heureux de ce rappel pour ceux qui ne s’en étaient pas aperçu. Il est bon de le rappeler. C’est exactement ce que nous attendons des politiques ! : qu’ils nous informent d’une réalité que chacun connaît. Pour faire face à la situation qui se présente, M. Hollande a récupéré le nombre de kilos dont il s’était délestés avant la campagne victorieuse agrémentés de quelques petits kilos supplémentaires, donc de ce côté là, retour à la case précédente, pas de « changement » sinon renouvellement de la garde-robe présidentielle...

                                                                                                                           Le 9 juillet 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site