LA (les) POLITIQUE FRANCAISE (français)

Le vocable « politique » vient de polis qui signifie cité et correspond à la notion d’administration de la cité. L’agent politique est celui qui exerce son action dans le domaine des affaires de l’Etat. Si l’on dit le politique, le vocable est un substantif qui désigne une personne et lorsque l’on dit la politique, il s’agit de l’ensemble des mesures relatives aux politiques publiques qui émanent de l’Etat, en l’occurrence le gouvernement. Dans le pouvoir politique, politique est adjectif, il qualifie le substantif pouvoir en opposition au pouvoir médical, social… économique. 

 
L’activité politique correspond aux politiques publiques de l’Etat. Vieux français, l’expression d’Aristote « l’homme est un animal politique » signifie que l’homme est un animal social, à savoir un être fait pour vivre en société qui ne peut subsister que dans un groupe. Il est un animal social qui peut s’exprimer, échanger avec les autres hommes grâce à la parole. Aussi distingue-t-il les sons émis par les animaux et la parole, logos en grec, « faite pour exprimer l’utile et le nuisible et par suite aussi le juste et l’injuste ». L’individu n’existe pas en tant qu’individu et n’a de sens qu’au sein de la société qui seule lui permet de vivre. 

 
« Non seulement une liste électorale est une seule dans chaque commune (à Paris, dans chaque quartier) mais cette liste est valable pour toutes les élections politiques aussi bien à l’Assemblée nationale qu’aux conseils généraux ou aux conseils municipales. » Vedel, Droit constitutionnel 1949, p. 345 Ceci, bien entendu, que si vous êtes battus dans une élection, vous n’en conserverez pas moins un ou plusieurs mandats électifs (cumul des mandats). 

 
« … lorsque l’on confie un pouvoir à une Assemblée politique, elle a tendance à l’interpréter politiquement. Ainsi, le Sénat de 1852 devait examiner essentiellement les lois du point de vue de leur constitutionnalité, ce qui est une appréciation juridique ; mais le Sénat examinera les lois du point de vue de leur opportunité, ce qui est une appréciation politique » Vedel*, Droit constitutionnel, 1949, p. 83* Georges Vedel, académicien, juriste français, constitutionnaliste, Traité de Droit constitutionnel 1949, l’un des plus brillants juristes français du 20e siècle. Une explication s’impose pour illustrer cette phrase : en 1981, le PS au pouvoir nationalise de nombreuses entreprises, il en sera de même pour le RPR revenu à la tête de l’Etat. De nombreuses personnes critiqueront le Conseil Constitutionnel – y compris M. Lang, constitutionaliste ! qui dira que le dit conseil a eu une activité politique. Non ! Lorsque le CC examine la constitutionnalité d’une loi, à savoir sa conformité non à la Constitution seule mais au « bloc de constitutionnalité » qu’il définit en 1971 qui comprend dans sa référence normative la Constitution de 1958, le préambule de la Constitution de 1956 puis la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 et les Principes généraux de droit… : dans ce cas, il exerce sa fonction juridique. Dans les deux hypothèses, nationalisation et privatisation, le Conseil pouvait juger de la constitutionnalité en faisant référence à des textes contradictoires certes mais tous deux d’une parfaite constitutionnalité. 

 
Je me demande constamment pourquoi les intellectuels français fuient la politique. Peut-être trouve-t-on l’explication dans ce texte de Jean de La Bruyère : « Je ne mets au dessus d’un grand politique que celui qui néglige de le devenir, et qui se persuade de plus en plus que le monde ne mérite pas qu’on s’en occupe. » Les Caractères 

 
Le politicien est un substantif qui désigne une personne qui s’occupe de politique à titre professionnel, en utilisant toutes les intrigues, souvent limité par une politique intéressée, à des considérations de stratégie électorale et d’intérêts partisans. Actuellement, il est difficile d’entrer en politique si l’on est pas homme d’un parti –organisation dont les membres, mûs par des convictions politiques communes, les clament à l’opinion publique et mènent une action afin de les faire triompher. Il entre en politique comme l’on entre en magistrature, fonction qui revêt un caractère quasi religieux par la vertu qu’elle exige. Il sait ce qu’il veut… rester en politique le plus tard possible. 

 
« Les politiciens battent souvent en retraite mais ne la prennent jamais. » 

1er ? 

La réforme de la retraite

Ne touchez pas aux sages

Les mollassons de la politique 

Frileuse et inquiète, la France attend… 

Il nou fo une ortograf pa kas têt ! 

Jamais on ne corrompt une société… 

La situation s’altère et on ne voit plus aucune issue

Plus ça change et plus c’est la même chose

Quand on a fait aussi peu de droit, pourquoi ne pas vendre des merguez ? 

Il va se retrouver le cul par terre, la tête dans le ruisseau…

Les hommes naissent et demeurent égaux en droit…

Les Français ont le gouvernement qu’ils méritent

Fréquentation et familiarité 

Le droit et le pouvoir 

L’homme aux deux visages ou bas les masques

Les politiques responsables de leurs carrières 

Peigne-cul et trompe-couillon

L’Etat ou incapacité notoire

Les Verts se radicalisent

Sarko, ministre des Finances en 2005

Les fourberies de Chirac

Politique française 

Don Camillo et Pépone

A la recherche du pouvoir perdu 

Tout va très bien… mais à part cela il faut que… 

Que pouvons-nous attendre de l’élite politique au pouvoir ?

 Moi, seulement moi et celui qui n’est pas moi… 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×