LIBERTE DE PENSER

Le vocable penser comprend dans son acception toutes les facultés de l’entendement et toutes celles de la volonté. Dans le Discours de la méthode ou dans les Méditations métaphysiques, Descartes produit une grande sensation en appelant toutes les vérités reçues à l’examen de la réflexion. Rester indifférent dans l’univers est chose devenue impossible pour l’homme qui se respecte. 

 
Apprendre la rhétorique, la technique du diplôme ou l’ensemble des règles de procédés constituant l’art de bien parler, c’est ainsi faire du style (voir lexilogos), l’hyperbole prenant le pas sur la pensée, employer des expressions dithyrambiques, pompeuses pour des sujets assez pauvres. Les personnes appelées à occuper des fonctions importantes à la gouvernance de leur pays se doivent d’être capables de se triturer les méninges et de ne pas nous abreuver de roucoulades qui ne sont que pathos, poses, enflures et rhétorique.

Que pouvons-nous attendre de ces cacatoès sortant d’une école qui prit le jour le 8 mars 1848 et qui sombra quelques mois plus tard ? Il a fallu la Libération pour que l’ENA, Ecole Nationale d’Administration, après un essai non concluant sous le régime de Vichy, repartit en croisière avec son équipage de futurs administrateurs gouvernementaux. Une Licence, diplôme du second cycle – trois années après le BAC – suffit pour se présenter au concours externe d’admission et quatre épuisantes de labeur passées dans l’Administration pour passer le concours interne, concours paraît-il très élevé puisque 7,9% des candidats à la première épreuve seulement y parviennent. Si on occulte les étudiants issus du népotisme, il ne reste guère de chance au reste de devenir un jour Président de la République. 

 
C’est dans cette fameuse institution que les futurs administrateurs de notre pays apprennent l’art de s’adresser au peuple et de participer avec stature à la grandeur de la France. 

 
Qu’en est-il de la position actuelle de notre pays dans le monde ? Situé au 18e rang mondial, loin derrière le Danemark, Singapour, l’Islande ou le Canada ; pour son climat des affaires, la Banque mondiale la crédite au 35e rang mondial. Le modèle français dont le plan social, les émeutes de banlieues, l’importance des exclusions et sur le plan économique sa dette de 200 milliards d’euros avec une croissance atone témoigne que la France est à bout de souffle. 4e puissance mondiale il y a peu, les années 1990 ont vu le Royaume-Uni lui passer devant et la Chine de même aujourd’hui – bien entendu, il faut dépasser les critères macro économiques pour appréhender la situation de notre pays et surtout des habitants. Les modèles de référence s’appellent aujourd’hui Singapour, le Canada et les Etats-Unis – malgré ses travers, sa dette, la situation de sa population. 


Le troupeau d’individus à l’intelligence atrophiée titulaires de maigres diplômes en regard des fonctions occupées acquis avec la complicité de leurs partis réciproques et ne possédant pas une once de capacités intellectuelles personnelles et d’audace pour faire marcher les rouages administratifs de notre pays est dans l’impossibilité de résoudre la problématique culturelle, sociale, économique, de donner les moyens de faire progresser la recherche et de réparer les dommages causés par eux et plusieurs générations de leurs prédécesseurs – tout cela dit sans respirer !


Ma liberté de penser m’autorise à donner de la voix par mes humbles écrits et pointer du doigt ce que je considère comme une déviation, un écart de conduite, une perversion relativement à la morale admise. S’il me semble être parfois excessif, qu’est-ce au regard de l’extrême gravité des événements que nous subissons depuis quelques années? 

                                                                       Ils n’arrêtent pas d’arriver, beaucoup font la queue… 

Fils de bourgeois ou fils de rien, tous les enfants… 

Ta vérité… non la vraie et viens avec moi la chercher 

Réponse à Stéphane et Nicolas 

Quelle démocratie choisir pour la France ? 

Notre Président s’éparpille aux quatre vents

Lui qui comme Icare se brûla les ailes de cire… 

Le triste sir ou le génocide de la jeunesse

Pourquoi se casser la tronche ? 

Selon que vous serez puissant ou misérable… 

Les voyages de Gulliver

Tous les souhaits 

L’obscénité en politique 

La rigueur mathématique n’est pas leur fortI

Il est bon de parler et meilleur de se taire

Motion de censure à l’égard des prétendants 

Les fossoyeurs de l’humanité 

Que pouvons-nous attendre de l’élite politique au pouvoir ? 

Le patchwork de la politique 

L’hérésie de par le monde 

Cela mérite-t-il un hymne national ? 

Affaire franco-française – charivari…

Les mollassons de la politique

La France qui dérange

Il est venu, il s’en est allé, il a gesticulé…

 El rebelde de barbudo 

Ce n’était qu’un songe

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×