NE TOUCHEZ PAS EN RIEN A MA VIE §

Le citoyen que je suis a reçu une lettre type adressé nominativement à chaque personne âgé de la commune, bon nombre d’entre elles ayant perdu quelques peu leurs capacités cognitives risques d’être apeurées à la lecture de cette lettre, aussi je réponds ou réponds-je si vous préférez le bien écrit personnellement à M. le Maire pour lui signifier qu’après lecture de ce document, je le prie de ne pas s’occuper de mon bien-être, étant sain de corps et d’esprit, comme moi-même je me désintéresse totalement de ce qui pourrait le préoccuper. Une parenthèse pour vous dire, M. le Maire que la démocratie dans laquelle nous vivons (paraît-il) et pour laquelle vous œuvrez me laisse indifférent puisque les citoyens sont dans l’obligation de voter pour des hommes et des femmes issus du même moule, celui des deux partis qui administrent et gèrent (bien mal) la France depuis 50 ans. Le seul choix que l’on nous laisse est de glisser dans la fente de l’urne le nom du candidat, la créature « imposée » par les partis. Est loin le temps où les sénateurs romains sur l’Agora déclamaient leurs idées pour se refaire élire ou pour faire voter la loi qu’ils désiraient ! Vous pouvez remercier Emmanuel Sieyès qui crée la notion et le concept de souveraineté nationale afin de confisquer le pouvoir au peuple ! Vous énoncez dans votre missive que l’appartement que j’occupe depuis 22 ans serait trop grand et que je pourrai faire des économies puisque vous êtes favorable à l’octroi de petits logis pour personnes âgées près la future maison de convivialité, lieu de rencontre pour les « vieilles et vieux ». En quelque sorte, nous parquer « catégorie vieux ». Encore une illustration de la doctrine socialiste qui veut régenter la vie des gens 24h sur 24h de la naissance à la mort…


Je vous remercie de vos pensées délicates mais j’occupe légalement un appartement avec ma compagne, je suis en capacité de choisir mon mode de vie, je n’ai nul besoin que l’on m’en impose un ! Il me semble qu’il serait préférable au lieu de vous préoccuper de personnes qui sont organisées et au bout de leur existence de vous intéresser à celles qui débutent dans la vie adulte sans aucun espoir de travail, de logement à loyer accessible… de vie de famille.

                                                                                                   Le 17 mars 2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site