Changement après changement.... de pis en pis

La politique n'est pas un sacerdoce, terme accolé plutôt à la religion qui est sans doute l'une des plus grandes corporations à but lucratif qui ne soit pas syndiquée.

Le politique, le nôtre, argumente qu'il a pour vocation, hors de tout intérêt particulier et pour but de servir la France - il est navrant pour les jeunes Français qu'on leur ait ôté la possibilité de servir la nation en supprimant le service militaire*notre territoire, habité par notre collectivité constituant une réalité géographique.

Veut-il dire par là servir la collectivité qui l'a mené là où il opère ? tout enfant, il avait déjà fait le choix de se donner aux autres alors que ses petits camarades ne rêvaient que de mécanique, mathématiques ou gymnastique.

Que dire de ces hommes versés en politique, pour ne pas froisser ceux qui les admirent (ce cher Henri**) ? sinon que seul le temps leur fait défaut pour achever la mission entreprise.

L'Etat n'est-il pas la plus importante Echope d'Intérim ?*** les moyens dont il dispose, à savoir forces de coercition et argentlesquels payés du produit des impôts levés sur le peuple, n'en font-ils pas une puissante entité.

Comment se peut-il, qu'avec un Etat protecteur de ses citoyens et autres gens fixés sur le territoire, qu'avec des personnages aussi dignes de foi pour nous guider, nous ayons le sentiment d'un colosal malaise et d'une profonde injustice, que des millions d'hommes, de femmes et leurs enfants, démunis du minimum supportable, soient inquiets, paniqués à la pensée de ce que sera le jour suivant ?

Certes, il en faut encore pour que nous soyons confronté à une situation aussi tragique que celle de la famine qui éradica la moitié de la population française sous le régime du roi soleil, Louis le Quatorzième, alors que la grandeur de la France était à son apogée. S'il vous plait arrêtons de dire que le pot de terre ne peut se mesurer au pot de fer et la raison du plus fort étant toujours la plus meilleure et bla bla bla…

Avec le petit ticket tenu délicatement entre le pouce et l'index, nous pouvons car nous sommes le Nombre changer les individus et le cours des événements. N'est-ce pas chers politiques ?

Et, si cela n'était, j'ose espèrer que les générations qui nous suivront se souviendront du principe du droit de résistance à l'oppression, héritage de la Révolution de 1789!

 

Je souhaiterai comprendre par quel processus nous sommes arrivés à un tel degré d'inhumanité alors que tant de progrès ont, par ailleurs, été réalisés.

La démocratie, est-ce notre choix d'élire en 'toute liberté' les femmes et les hommes qui nous sont imposés et choisis par les partis et qui nous confisquent le pouvoir souverain ?

Je voudrai savoir comment, en dehors des jeux de fortune si chers aux Etats, de la rapine, du vol, de l'exploitation humaine, de l'escroquerie... et de la corruption, peut-on acquérir fortune si grande qui permettrait à ceux qui la possèdent, qui mènent le monde, qui sèment désespoir et famine, de vivre un millier d'années hors du besoin et qui 'malheureusement', vont mourir comme tout un chacun ?

 

'Cette humeur rancunière qui fermente dans un cœur vindicatif' Rousseau

 

* le service militaire représentait pour les hommes la contrepartie de ce que l'Etat leur avait donné enfant ; pour les femmes la contrepartie était le nombre d'enfants qu'elles mettraient au monde… la future 'chair à canons'

** Henri : voir l'article N. Sarkozy

*** il est évident que je ne parle pas des fonctionnaires qui ont carrière assurée, n'ont pas vocation à s'inscrire au chômage ni à percevoir le RMI ; il ne s'agit en réalité que de tout ce qui concerne nos chers politiques, à savoir Président de la République, ministres... députés, sénateurs...

                                                                                                  le 8 mai 2006

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site