Et maintenant, il reste à gagner le rivage si peu accessible des Droits de l'Homme

Présentation -

 
L'Afrique du Sud est située à l'extrême sud du continent africain. Le climat est de type méditerranéen autour du Cap. On retrouve un climat tropical humide avec des masses d'air humide venues de l'océan Indien ; sur le littoral atlantique, le climat est aride ; l'Est du pays est traversé par les monts Drakenburg entre le Lesoto et le Natal prolongé au nord en s'adoucissant sur plus de 400 km pour reprendre de l'altitude dans le Transvaal. L'Afrique du Sud est frontalière avec au nord la Namibie, le Botswana, le Zimbawe, au nord-ouest le Mozanbique, le Swaziland, le Lesoto est enclavé dans le territoire du nord-est. Sa superficie est de 1 221 040 km2, capitale Prétoria, population 48 320 600 habitants, langues : zoulou, xhousa, afrikan, sotho du nord, tsonga, anglais, venda, swazi et le ndelele ; monnaie : le rand = 0 ,11 euro au 30 avril 2007 ; nature de l'Etat : République unitaire composée de 8 provinces, nature du régime : démocratie constitutionnelle mixte (présidentiel parlementaire), chef d'Etat : Jacob Zuma ; partis politiques : Congrès National Africain (ANC au pouvoir), Alliance Démocratique (DA), Inkata Freedom Parti (IFP, zoulou), Mouvement Démocratique Uni (UDN, localisé dans l'ex-Transkei), Démocrates Indépendants (ID), Parti Démocrate Chrétien (ACDE), Front de la Liberté plus (FF+, afrikaner), Congrès Panafricaniste (PAC), Parti Communiste Sud-Africain (SACP), le Nouveau Parti National (NNP, ex parti national au pouvoir pendant l'apartheid, a fusionné avec l'ANC).


L'Afrique du Sud est le premier producteur mondial d'or avec aujourd'hui près de 500 tonnes extraites chaque année. Autres ressources : chrome, antimoine, charbon, minerai de fer, manganèse, nickel, phosphate, étain, uranium, pierres précieuses, platine, cuivre, vanadium, sel, gaz naturel. Terres cultivables : 12,1% ; cultures permanentes : 0,79%. Autre : 87,11% (2006) ; terres irriguées : 14 960 km2 en 2003 ; risque naturel : sécheresse prolongée.


Sa population est répartie en 79% de noirs, 9,5% de blancs, 8,9% de métis et 2,6% d'asiatiques. C'est la première puissance économique du continent africain. Elle profite d'infrastructures modernes couvrant tout le pays.


La République d'Afrique du Sud a succédé à la dénomination de l'Union sud-africaine le 31 mai 1961 lorsque le pays a cessé d'être un dominiom britannique.
Histoire -


Les Khoïsans regroupant les Khoïkhoïs et les Boshimans sont les premiers habitants connus (- 40 000 avant notre ère). Les premiers peuples de langue bantou émigrent du delta du Niger 500 avant notre ère et atteignent l'actuelle province du Kwa Zulu-Natal. Au Xe siècle, les tribus bantous (les Xhosas) s'installent dans la région de la Fisch River (Transkei).


En 1488, le navigateur portugais Bartolomeu Diaz suivi en 1497 de Vasco de Gama longe la côte du Natal. L'implantation d'Européens date de 1652 avec l'établissement d'une station de ravitaillement de la Compagnie hollandaise des Indes orientales dirigée par le Néerlandais Van Riebeeck. En 1697, s'installent définitivement au Cap pendant que sont déportés des esclaves de Batavia et Madagascar des salariés de la Compagnie.


En 1668, 200 Huguenots français rejoignent les 800 administrés du comptoir et fondent Franschloek. En 1761, la colonie du Cap est mise en place. En 1770, les premiers contacts entre les Bantous et les Boers, fermiers d'origine franco-hollandaise, sont relatés à la hauteur de Great Fish River (900 km à l'est du Cap). Ils deviennent conflictuels et en 1773 débute la première des neuf guerres cafres (1789-1878). En 1808, les Néerlandais cèdent définitivement la place aux Britanniques qui deviennent la première puissance coloniale. De 1818 à 1825, lors de la Méfiane (mot zoulou qui renvoie aux cycles de guerres et de migration engendrés par l'ascension au pouvoir de Chuca roi des Zoulous qui fusionne avec le peuple Nugni - Afrique australe, pour former un royaume militariste). Chuca étend son empire sur l'Est de l'Afrique du Sud au prix d'une guerre sanglante sur les autres peuples tribaux. En 1835, les Boers quittent la colonie du Cap pour les territoires intérieurs de l'Afrique du Sud pour échapper à l'administration britannique. C'est le grand Trek, acte politique exprimant le désir d'indépendance des Boers de la colonie du Cap - migration vers l'intérieur de plusieurs milliers de fermiers boers (1835-1840) parsemée de batailles et de tragédies. Deux républiques boers indépendantes sont fondées et reconnues par la Grande Bretagne : la République sud-africaine du Transvaal* (1852) et l'Etat libre d'Orange (1854)**. * établi en 1852 (traité de San river) connu sous le nom officiel de République du Transvaal, Etat boers indépendant d'Afrique Australe constitué en République en 1856. Annexé par les Britanniques en 1877 puis de nouveau indépendant de 1884 à 1900. Réoccupé en 1900 - seconde guerre des Boers - et fut dissout en 1902 (traité de Wereening). Il devient une des quatre nouvelles provinces du dominiom de l'Union Sud Africaine. ** Etat libre d'Orange fondé en 1854 par des Boers qui avaient émigré de la colonie du Cap lors du grand Trek à partir de 1835. Reconnu par les Britanniques en 1854 - convention de Bloemfontein, capitale du nouvel Etat suite au refus britannique de maintenir son autorité juridique et politique sur les territoires constitués depuis 1847 en souveraineté de la rivière Orange. A sa fondation, l'Etat libre d'Orange comptait 13 000 habitants qui s'organisent pour fonder une République. Ces derniers élisaient un Conseil du peuple et un Président. Ils entretenaient à la différence du Transvaal des rapports privilégiés avec la colonie du Cap. Engagés aux côtés du Transvaal contre les Britanniques durant la guerre des Boers (1899-1902), les Britanniques proclament l'annexion de la République dès 1900.
En 1866 la colonie du Cap étend également son territoire et annexe la cafrerie britannique alors que les premiers diamants sont découverts à Kimberley puis des gisements d'or dans le Witwaterrand au Transvaal. En 1879, durant la guerre anglo-zoulou, les Britanniques subissent une défaite historique lors de la bataille d'Isandhwana avant de s'imposer au Zoulouland. Après l'annexion d'autres territoires tribaux, la deuxième guerre des Boers (1899-1902), l'annexion du Transvaal et de l'Etat libre d'Orange consacre la domination britannique dans toute l'Afrique du Sud au prix de l'internement et de la mort de milliers de civils boers dans les camps de concentration - j'ai longtemps cru que la cruauté des camps de concentration était une caractéristique des Nazis !. En 1910, le dominiom de l'Union de l'Afrique du Sud est fondé à partir du regroupement des colonies du Cap (dont le Criqualand, le Transkei, le Stellaland et le Bechuanaland britannique), du Natal (dont le Zoulouland), du Transvaal et de l'Orange. en 1912, un parti politique afrikaniste, le Congrès National Africain (ANC) est fondé à Bloemfontein. En 1915, l'Afrique du Sud dirigée par Louis Botta et Jan Smuts conquière le sud-ouest africain, future Namibie. En 1918, le Broederbond, une société secrète type franc-maçonne est fondée avec pour objectif la promotion politique sociale et économique des Afrikaners (nouvelle dénomination des Boers). La révolte ouvrière des Afrikaners du Wiwatersrand en 1922 durement réprimée permet aux nationalistes blancs de s'unifier et de remporter les élections générales de 1924 sous la direction de James Barry Hertzog. En 1934, face à la crise économique, il s'unit néanmoins aux libéraux de Smuts pour former un gouvernement d'union nationale. En 1948, le Parti National remporte les élections générales. Le nouveau premier ministre, Daniel François Maland met en place la politique d'apartheid. En 1960, le massacre de Shaperville puis l'interdiction de l'ANC et des mouvements nationalistes africains mènent à la condamnation de l'apartheid par les Nations Unies et la communauté internationale. Le 31 mai 1961, le pays rompt ses derniers liens institutionnels avec la Grande Bretagne avec la proclamation de la République d'Afrique du Sud et le retrait du Commonwealth. L'ANC débute alors la lutte armée avec Umkanto We Zizwe.
En 1963, Nelson Mandela, l'un des chefs de l'Umkhonto We Zizwe est condamné à perpétuité pour terrorisme et les autres chefs de l'ANC sont emprisonnés ou exilés. En 1966, Hendrik Verwoerd premier ministre de l'Afrique du Sud et grand architecte de l'apartheid est assassiné. En 1976, les émeutes dans le townships de Soweto contre l'enseignement obligatoire de l'africaan conduisent le gouvernement à déclarer l'état d'urgence alors que le bantou du Transkei est déclaré indépendant dans le cadre de la politique de l'apartheid. En 1984, pour sortir du blocage politique, le régime politique est présidentiel et un parlement tricaméral (institution législative constituée de 3 chambres, le circuit entre les 3 pouvant se révéler long et compliqué ou au contraire simplifiant l'élaboration des lois et donc antidémocratique) ouvert aux Indiens et aux métis est inauguré. Néanmoins, l'état d'urgence est de nouveau proclamé en 1986 alors que des sanctions économiques et politiques internationales isolent le pays en dépit de l'abrogation des lois symboliques de l'apartheid comme le passeport intérieur. En 1990, le nouveau président sud-africain Frédérik de Klerk légalise l'ANC, le Parti communiste sud-africain et tous les mouvements noirs. Nelson Mandela est libéré. En 1991, le gouvernement abolit les dernières lois de l'apartheid et entraîne un processus de transition constitutionnelle (Codesa) qui aboutissait le 27 avril 1994 aux premières élections multi-raciales de l'histoire du pays. Celles-ci sont remportées par l'ANC et Nelson Mandela devient le premier président noir du pays. En 1995, une commission Vérité et Réconciliation est mise en place pour l'année suivante et adopte une nouvelle constitution sud-africaine. De 1998 à 2008, le pays est présidé par Thabo Nbéki. Son bilan est contrasté suite aux conditions économiques et sociales apparues lors de son deuxième mandat, manifestées en 2008 par une grande pénurie d'électricité et la dégradation des infrastructures. Le 21 septembre 2008, suite à la décision de son parti, l'ANC de lui retirer son mandat, Thabo Nbéki remet sa démission au Parlement qui élit Kgalema Motlanthe pour terminer le mandat en cours jusqu'aux élections générales de 2009 qui sont remportées par l'ANC. Jacob Zuma, ancien vice-président de 1999 à 2005, devient le Président de la République. Il prête serment le 9 mai 2009 et forme un gouvernement plus ouvert aux partis politiques minoritaires dont le Parti Communiste mais aussi pour la première fois depuis 1994 le Front de la Liberté (droite afrikaner).
Le régime est parlementaire et les fonctions de chef de gouvernement et de chef de l'Etat se confondent sous le titre de Président de la République, ce dernier étant élu par le Parlement. L'on est donc en présence d'un régime parlementaire présidentiel. Le Parlement est composé de deux chambres : l'une basse, l'Assemblée nationale ; l'autre haute, le Conseil national des Provinces (National Concil of Provinces - NcoP). Les quatre cents membres de l'Assemblée sont élus au scrutin proportionnel de listes, le NcoP remplaçant le Sénat en 1997 est composé de 90 membres représentant les 9 provinces. Chaque province est dotée d'une législature provinciale unicamériale et d'un conseil exécutif présidé par un Premier Ministre. Les provinces sont moins autonomes que celles du Canada ou que les Etats des Etats-Unis. Il s'agit d'un système fédéral modéré.


Depuis la fin de l'apartheid, l'ANC n'a cessé d'augmenter sa domination politique. L'opposition reste vivace bien que diminuée et l'on estime ordinairement que l'Afrique du Sud est l'Etat le plus démocratique d'Afrique (aucune difficulté). Sa constitution est l'une des plus généreuse du monde du point de vue des Droits de l'homme (en théorie).
Les violences dans les campagnes du pays sont un problème majeur auquel le gouvernement doit faire face. La réforme agraire impose la redistribution des terres aux noirs et les fermiers afrikaners doivent souvent vendre leurs exploitations au gouvernement, ce qui suscite des résistances. Ces fermiers au nombre de 35 000 sont souvent attaqués par des bandes organisées et certains s'inscrivent dans des stages de commando pour pallier au manque d'aide du gouvernement (les Afrikaners exerçant leurs enfants au tir dès l'âge de 5 ans). Plusieurs partis d'extrême droite continuent de recruter au sein d'une frange de cette population qui se sent délaissée.


Jacob Zuma a été élu président par 277 voix pour contre le candidat du COPE, 47 voix et 67 abstentions (celles de l'Alliance démocratique lors des élections du 27 avril 2009).


L'économie sud-africaine est la plus importante d'Afrique. Le pays a opté pour un capitalisme économique tempéré par une forte implication de l'Etat afin de réguler l'économie, de modifier la répartition inégalitaire des richesses et d'assurer une meilleure protection des catégories sociales historiquement et économiquement défavorisées. Il affiche une croissance régulière de 5% en moyenne. En dépit d'un certain nombre de difficultés structurelles ou conjoncturelles, l'Afrique du Sud reste la première économie du continent africain représentant le 1/4 du PIB de celui-ci.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site