Itinéraire vers la présidence

Fille de Jacques Royal, colonel d’artillerie, et de Hélène Dehaye, elle est issue d'une famille de huit enfants. Soeur de Gérard Royal, lieutenant à la DGSE en 1985, qui participa à l'expédition meurtrière menée en Nouvelle-Zélande contre le bateau de Greenpeace, le Rainbow Warriro. Elle est la compagne, depuis la fin des années 1970, de François Hollande, actuel premier secrétaire du Parti socialiste, avec qui elle a quatre enfants. Depuis l’instauration du PACS en 2001, Ségolène Royal s'est pacsée avec François Hollande, assurant ainsi la promotion de ce nouveau contrat civil.

Notre chère Marie-Ségolène est issue d’une famille dont la préoccupation première n’était certes pas la recherche de la survie quotidienne ; aussi, comme tout acteur politique, a-t-elle du se confronter à la réalité des électeurs et essayer d’acquérir la connaissance de ces trop nombreuses imperfections que connaît notre chère France. Mais peut-on lui en vouloir d’être bien née ?

Parcours scolaire

  • Collège et lycée à Charmes (Vosges) ;
  • Lycée privé Saint-Joseph à Epinal (1968) ;
  • Licence de sciences économiques à l’Université de Nancy II;
  • Diplômée de l’IEP de Paris (institut d’études politiques) ;
  • Élève de l’Ecole nationale d’administration (promotion Voltaire), elle sort 95e et choisit une affectation de magistrat au tribunal administratif

L’institut d’études politiques est une école dans laquelle les étudiants apprennent les divers systèmes, structures politiques qui se sont succédés depuis la nuit des temps. Vous connaissez ... déjà l’appréciation que je porte à l'ENA, établissement qui formate les étudiants et les inscrit dans un système de pensée politique. Le clivage gauche/droite est une illusion rhétorique. La droite en exercice du pouvoir se voit dans l’obligation de faire du social et de gérer son interventionisme économique et, a contrario, la gauche, réputée plus sociale, est contrainte de tenir compte de l’économie de marché et du désir de propriété inhérent à tout un chacun.

Carrière politique

Conseillère de tribunal administratif en disponibilité, elle est remarquée par Jacques Attali et devient de 1982 à 1988 conseillère technique au secrétariat général de la Présidence de la république, chargée d'abord de la jeunesse et des sports, puis des affaires sociales.

Elle est entrée de part son admission à l’ENA directement dans la Fonction publique d’Etat, ce qui a facilité son entrée en politique.

En 1988, elle est 'parachutée' par François Mitterand dans les Deux-Sèvres, où elle est élue députée de la 2ecirconscription de Saint-Maixent-l’Ecole contre l’UDF Pierre Billard, conseiller général et maire de Celles-sur-Belle, dont le slogan était ' L’homme qu'il vous faut '. Elle le distance de 552 suffrages. Elle parcourt 3000 Km dans une circonscription de douze cantons ruraux pour se faire connaître. Commentant son succès, elle déclare : ' Pour un parachutage, l’atterrissage est réussi. '

L’atterrissage est réussi. Parachuté par le président de la république, pouvait-il en être autrement ? Ne nous plaignons pas qu’une femme ait détrôné un mâle !

Certaines de ses interventions ont été dirigées contre l’heure d’été, la violence et le sexe à la télévision (voir son livre Le Ras-le-bol des bébés zappeurs, pour l’appellation d’origine du fromage de chèvre chabichou ou pour le label des vaches parthenaises et maraîchines.

Il est certain que Marie-Ségolène a, dans son âge tendre, lu la chèvre de M. Seguin… quand aux bébés zappeurs, le fait d’en avoir fait un livre n’a fait qu’empirer la chose.

En 1994, elle passe le concours d’avocat au barreau de Paris tout en siégeant à l’Assemblée nationale et au conseil général des Deux-Sèvres, et entre au cabinet Teitgen.

Elle réussit le concours d’avocat au barreau de Paris : je veux bien ne pas douter de ses motivations et dans tous les cas, cela ne peut nuire à son cv pour le long terme.

En 1995, elle est battue aux élections municipales à Niort par le maire socialiste sortant Bernard Bellec.En juillet 1997, elle abandonne son mandat de député pour entrer au gouvernement de Lionel Jospin, elle reconquiert son mandat de député en juin 2002.

Chère Marie… marcher sur les plates bandes d’un confrère socialiste peut surprendre mais à cette époque, votre ambition personnelle prévalait sur celle du clan.

En mars 2004, elle remporte la présidence de la région Poitou-Charentes face à son prédécesseur Elisabeth Morin. Cette élection a été le symbole du rejet du gouvernement de Raffarin, ancien président de la région avant d'être nommé premier ministre par le président Chirac.

Un vrai coup de maître ! guerroyer dans le fief du Premier ministre au plus bas dans les sondages vous met le pied sur l’étrier vers le mandat suprême… ce n’était pas du quitte ou double puisque, perdante, vous eussiez été celle qui en a eu le courage !

En 2005, elle soutient comme la majorité des militants du parti socialiste français et de nombreux partis socialistes/sociaux-démocrates européens le traité établissant une Constitution pour l'Europe.

L'on ne peut pas toujours gagner, la chance étant connue pour changer de camp. Voter oui pour le traité contre l'avis du peuple souverain pourrait être la pierre d'achoppement qui fera obstacle à son ambition.

Fonctions ministérielles

  • 3 avril 1992 au 29 mars 1993: ministre de l'Environnement du Gouvernement Bérégovoy
  • 4 juin 1997 au 27 mars 2000 : ministre déléguée à l'Enseignement scolaire du Gouvernement Jospin auprès du ministre de l'Education nationale Claude Allègre
  • 27 mars 2000 au 27 mars 2001 : ministre déléguée à la Famille et à l'Enfance du Gouvernement Jospin auprès de la ministre de l'Emploi et de la Solidarité Martine Aubry
  • 28 mars 2001 au 5 mai 2002: ministre déléguée à la Famille, à l'Enfance et aux Personnes handicapées du Gouvernement Jospin auprès de la ministre de l'Emploi et de la Solidarité Elisabeth Guigou

Vous pourrez toujours rétorquer sur ce qui suit, puisque mise à part les seuls 11 mois où vous occupiez le titre de ministre, vous n’étiez pas directement aux commandes mais ministre déléguée dans ces différents ministères. La politique n’exige-t-elle pas d’être aux ordres ?

Environnement

  • La loi sur le traitement et le recyclage des déchets (loi de juillet 1992), avec le soutien aux technologies innovantes pour le traitement et la collecte des déchets;

Après de longs siècles où l’habitant jetait par la fenêtre, après avoir dûment avoir averti de façon distincte les passants, il a été constaté de grands progrès quand au ramassage des détritus. Cela a aussi crée immense fortune pour ceux qui s’y sont penchés.

  • La loi sur la reconquête des paysages (loi de janvier 1993) suivie de la labellisation de 100 paysages et de leurs produits (opération ' Sauvons nos paysages, savourons leurs produits') ;

Les paysages et les forêts ont de tout temps été protégés par le pouvoir. Autrefois, pour le privilège de la chasse à courre, aujourd'hui à des fins politiques, soient disant environnementales.

  • La loi de lutte contre le bruit (loi cadre de décembre 1992) avec la prévention du bruit des transports, dans les bâtiments publics (les cantines scolaires par exemple), les lieux de travail...

Cette lutte contre le bruit a ses règles et ses lois depuis plus d’un demi siècle. Qu’est-il encore besoin d’y ajouter son grain de sel ?

  • L'application de la loi sur l'eau (schémas d'aménagement et de gestion des eaux)

Parlons-en ! une matière qui nous vient du ciel, nous séparant de l'espace où se meuvent les astres, l'eau atteindra si l'on n'y prend garde le prix du baril de pétrole !

  • La création d'une Direction de l'eau, l'augmentation du budget des agences de l'eau

Qui paie la dépense ?

  • La réforme de la police des eaux, la coordination internationale de la gestion de l'eau

Bof !…

Éducation

  • La relance des zones d’éducation prioritaire ;

L’école dans ces quartiers difficiles périclite à partir des années 1981. L'on ne compte plus le nombre des ministres qui ont lancé de nouvelles dispositions pour mettre sur rails les écoles de quartiers défavorisés. Pour quel résultat ? !

  • La création de fonds sociaux pour les élèves (exemple : fonds social pour les cantines scolaires des élèves) ;

Enfin quelque chose de bon à votre actif !

  • La maîtrise des langages comme priorité à l'école maternelle ;

Comment peut-on parler de la maîtrise du langage, je suppose le français, à l’école maternelle, alors qu’à la sortie du lycée, tout reste encore à faire… bla bla bla

  • La rénovation de la pédagogie au collège avec notamment l'instauration des ' itinéraires de découverte ' ;

D’autres gens comme Colomb, Magellan, Lapeyrouse nous ont permis de situer des lointains rivages sur des cartes. En dehors de la recherche fondamentale, que pouvez-vous encore inventer ?

  • La création des heures de soutien scolaire ;

Parlons-en ! je m'occupe de quelques jeunes en difficulté scolaire - jusque 15 h par semaine - et je constate de facto que ces garçons sont allergiques à tout effort intellectuel, déchiffrent l'écriture péniblement sans comprendre le sens des mots et des phrases, ne mémorisent pas les données qui leur sont soumises ; quand à leurs parents, ils sont incapables de les raisonner. Un grand gachis et une génération sacrifiée !

  • La création de la Semaine des parents à l'école et de campagnes nationales pour les élections des représentants de parents ;

La semaine des parents d’élèves… quelle fierté pour eux, pour ceux qui élus sont devenus les représentants de quelque chose !

  • L'aménagement du temps de l'enfant avec la création des contrats éducatifs locaux et l'éducation à la citoyenneté ;

Comme chez nos cousins d’Amérique, pourquoi pas la Marseillaise !  Prenons exemple sur les States, la main sur le coeur en écoutant l'hymne national avant de faire le serment d'allégeance pour commencer la journée dès la maternelle ! et pourquoi pas, revoir le principe de la laïcité et afficher en classe des signes distinctifs de toutes sorte ?

  • La mise en œuvre des ' Initiatives citoyennes ' pour apprendre aux enfants à vivre ensemble ;

Vivre ensemble dans la jungle la plus redoutable à tous les niveaux ?

  • La défense des droits de l'enfant et lutte contre la violence à l'école (loi de juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu'à la protection des mineurs) ;

Les lois relative à ce sujet existent depuis belle lurette, encore faudrait-il qu’elles soient appliquées !

  • La loi de juin 1998 contre le bizutage ;

Pourquoi rendrent responsables les chefs d’établissement de telles pratiques lorsqu’elles ont lieues alors que les agissants devraient être seuls reconnus responsables et coupables ?

  • Les campagnes contre le racket et mise en place d'un numéro SOS Violences ;

Edicter de nouvelles lois ne sert à rien, il suffit de faire appliquer les lois existantes.

  • L'instruction civique obligatoire au brevet des collèges.

L'incivisme n’est pas particulier aux établissements scolaires et les adultes devraient donné l’exemple, ce qui tend à être de plus en plus rare.

  • La création des classes et des premiers internats-relais

Pourquoi pas ? Modifier, transformer, changer, varier… chaque vague de ministres jette aux orties le travail de ses prédécesseurs.

  • La revalorisation du rôle des infirmières scolaires

Le problème malheureusement n’est pas encore réglé dans la mesure où elles sont encore trop peu nombreuses en exercice dans les établissements scolaires alors qu’elles sont si nécessaires.

  • La mise à disposition de la pilule du lendemain, gratuite, dans les lycées

La prescription de la pilule est un acte médical qui ne peut être exercé que par des personnes ayant qualité pour se faire. De plus, une information est utile et nécessaire pour la contraception en générale ; en conséquence, au lieu de la mise à disposition de la pilule du lendemain dans les lycées, il serait préférable d’augmenter le nombre de planning familiaux – ils tendent à disparaître complètement du paysage sanitaire français.

Famille et affaires sociales

  • Le soutien aux parents avec la loi sur l'autorité parentale (cette loi a permis la reconnaissance juridique de la première famille homoparentale) ;

Cette loi est positive, il est tout à fait normal qu’un père ait l’autorité parentale, à l’instar de la mère, sur son enfant. La relation homme / femme n’a rien à voir avec la parenté mère/enfant et père/enfant.

  • La réforme de l'accouchement sous X;

Un homme peut ne pas reconnaître son enfant – hormis cas de recherche judiciaire de paternité. Une femme devrait avoir le même droit. Réformer l’accouchement sous X pour permettre à un enfant de savoir qui est sa mère est une violation du principe d’égalité entre les hommes et les femmes.

  • La création du congé de paternité ;

Ridicule… comment comparer la situation physique et mentale d’une femme après un accouchement avec celle d’un homme ?

  • La création d'un livret de paternité ;

Le livret de maternité n’est-il pas amplement suffisant.

  • Le soutien à l'adoption internationale ;

Pour permettre aux adoptants de choisir, d’acheter tranquillement les enfants sans défauts qu’ils ne peuvent avoir ?

  • L'instauration de la garde alternée de l'enfant, dans le cadre d'une médiation familiale efficace ;

Ridicule ! l’on doit toujours considéré le bien de l’enfant avant les sentiments des parents. La garde alternée ne peut que perturber l’enfant qui n’a besoin que d’une unique chose : une référence. Un enfant n’est pas une balle de tennis que l’on se renvoie mutuellement !

  • L'accueil de la petite enfance avec plus de 40 000 places nouvelles en crèche ;

Il est évident que la France souffre cruellement du manque de crèches. Cela dépend directement du bon vouloir des municipalités qui souvent préfèrent les parterres de fleurs, les stades… ou les sorties pour les gens du 3eâge, n’oublions-pas que les personnes âgées sont des électeurs !

  • Le barème unique des aides au logement ;

Il était temps !

  • Le congé et allocation de présence parentale pour enfant malade ;

Lorsqu’un enfant est malade, pourquoi faudrait-il que la collectivité contribue pour que l’un des parent s’occupe de son enfant ?

  • L'allocation d'éducation spéciale (parents d'enfants handicapés) ;

Tout à fait normal.

  • L'allocation de rentrée scolaire ;

L’allocation de rentrée scolaire me semblerait plus utile si au lieu d’être une somme d’argent, elle était en nature – cahiers, stylos, matériels divers…

  • La loi contre la prostitution des mineurs (condamnation pénale des clients) ;

Il a fallu tous ces scandales avec le tourisme sexuel pour qu’enfin se pose la question de la prostitution des mineurs !

  • La loi contre la pédo-pornographie (incrimination de la détention de documents de ce type) ;

Il reste tant à faire…

  • La lutte contre les violences en institution (renforcement du SNATEM);

Comment penser qu’un enfant maltraité puisse téléphoner à un inconnu pour lui exposer ses problèmes alors qu’il a honte, qu’il pense le plus souvent être coupable….

  • La création du collectif ' Enfance et média ', contre la violence dans les médias ;

La censure est toujours malvenue, quelle qu’elle soit. Elle autorise tous les débordements arbitraires possibles. Il me semble que c’est aux parents et uniquement à eux de surveiller ce que leurs enfants regardent…

  • Le lancement d'une grande campagne télévisée de sensibilisation et de prévention des violences sexuelles ;

Devant la multiplication et les résonances dans les médias des scandales sexuels, il aurait été inopportun de ne pas agir.

  • La rénovation des COTOREP (structures pour personnes handicapées)
  • Le développement du parc de logement adapté pour les personnes handicapées
  • La création du plan Handiscol pour la scolarisation et l'intégration des enfants et des adolescents handicapés à l'école ;
  • L'aménagement en matière de transport collectif et particulier pour les personnes handicapées ;
  • La création du label ' tourisme et handicap '.

On ne pourra jamais faire assez pour les handicapés et leurs familles.

Ségolène Royal et les questions LGBT

Ségolène Royal est l'une des rares parmi les ténors du Parti socialiste, avec Lionel Jospin, à s'être montrée un temps, réservée sur le mariage homosexuel et sur l'adoption par des parents de même sexe, elle a cependant soutenu les engagements du PS (synthèse du Mans qui va dans le sens de l'égalité des droits), et est récemment revenue sur des propos plus nuancés.

  • En 2000, Ségolène Royal, alors ministre déléguée à la famille et à l'enfance, a été l'une

des premières à dénoncer l'homophobie en milieu scolaire, à ce sujet elle déclarait : 'L'école doit être le lieu de la tolérance, de l'accueil. Trop d'adolescents souffrent de railleries, d'exclusion en raison de leur orientation sexuelle (...) Certains peuvent être tentés de recourir à des conduites à risque: drogues, tentatives de suicide. Il est temps de faire reculer l'hostilité manifestée à l'égard de l'homosexualité'. Après ces déclarations, elle mettra en oeuvre dans les lycées et les collèges la mallette pédagogique 'Le bonheur d'aimer' destinée notamment aux enseignants et infirmières. Elle comprend une cassette vidéo, des fiches pédagogiques et neuf imprimés à destination des élèves qui abordent différents thèmes dont l'homosexualité et l'homophobie. On y trouve des informations sur le Pacs, la situation des homosexuels, les discriminations dont ils sont encore victimes à l'étranger... Autre déclaration de Ségolène Royal cette même année sur l'homosexualité : 'Il faut, selon elle, faire reculer l'homophobie, reconnaître et respecter l'autre, avec ses différences'.

Ces problèmes ne cesseront jamais…

  • La loi du 21 février 2002 défendue par Ségolène Royal au nom du gouvernement Jospin, a permis la première reconnaissance légale d’une famille homoparentale, qui devait être l'un des aboutissants souhaités de cette loi. En effet, son article 7 réécrit l’article 337 du Code civil en prévoyant la possibilité de 'déléguer tout ou partie de l’exercice de [leur] autorité parentale à un tiers, membre de la famille, proche digne de confiance...'. L’article 377-1 créé par la loi Royal ajoute que 'le jugement de délégation peut prévoir, pour les besoins d’éducation de l’enfant, que les père et mère, ou l’un d’eux, partageront tout ou partie de l’exercice de l’autorité parentale avec le tiers délégataire.'

La notion de famille serait-elle figée ? une famille se compose des enfants et des parents. Lorsque deux femmes élèvent des enfants ensemble : l’on considère qu’elle forme une famille. Pourquoi ne pas avoir la même réflexion par rapport à deux hommes ?

  • En fevrier 2006 elle a réaffirmée son opposition au mariage homosexuel et à l'homoparentalité

Le droit se doit de traduire les aspirations d’une société. Avant la loi du 13 juillet 1963, la femme mariée était considérée sous tutelle de son époux : elle ne pouvait ni travailler sans son accord, ni détenir un compte bancaire personnel… jusqu’en 1967, la contraception orale était interdite et jusqu’à la loi Weill de 1974, l’IVG était un acte criminel…. Heureusement, le droit s’adapte à l’évolution sociétale !

Mandats politiques nationaux

  • 13 juin 1988 au 2 mai 1992: députée des Deux-Sèvres (démissionne pour entrer dans le gouvernement Bérégovoy)
  • 2 avril 1993 au 21 avril 1997: députée des Deux-Sèvres
  • 1er juin 1997 au 4 juillet 1997: députée des Deux-Sèvres (démissionne pour entrer dans le gouvernement Jospin)
  • depuis juin 2002: députée de la 2e circonscription des Deux-Sèvres (élue au 2e tour)

Petite carrière bien organisée pour préparer l’échéance finale !

Mandats politiques locaux

  • 1983 : conseillère municipale de Trouville-sur-Mer (Calvados). Elle semble avoir quitté le Calvados sachant qu'elle ne serait pas investie par le PS local pour les législatives de 1986
  • 13 mars 1989 au 18 juin1995 : conseillère municipale de Melle (Deux-Sèvres)
  • 18 juin 1995 au 18 mars 2001 : conseillère municipale de Niort (Deux-Sèvres)
  • 2 avril 1992 au
  • 23 mars 1998: conseillère générale des Deux-Sèvres
  • 23 mars 1992 au 3 avril 1992: conseillère régionale de Poitou-Charentes (démissionne pour entrer dans le gouvernement Bérégovoy)
  • depuis le 2 avril 2004: présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes
  • Présidente du syndicat mixte du Parc interrégional du Maris Poitevein depuis 2004

Passage obligé d’une carrière politique au service du parti !

Actions locales

  • La reconnaissance du chabichou en AOC ;
  • La défense du marais poitevin et sa restauration dans le cadre des grands travaux ;
  • Les mesures agri-environnementales, avec notamment la plantation de 10 000 arbres dans le Marais ;
  • La défense des élevages de qualité comme la parthenaise (création du centre de référence au lycée agricole de Melle) et la maraîchine (création du conservatoire au Bourdet).
  • La création d'un fonds social régional (le 8 mars 2006) pour assurer la gratuité d'accès à la contraception pour les jeunes filles des lycées professionnels, établissements régionaux d'enseignement adapté et centres de formation des apprentis qui n'ont pas accès aux centres de planification et dont les familles ne peuvent supporter le coût des examens médicaux et de la pilule. (Source : [1])

Pas de commentaire…

Affaires judiciaires : Prud'hommes

Le conseil de prud’hommes de Niort condamné Ségolène Royal à un rappel de salaires de près de trois semaines 1999 pour avoir employé, sans les rémunérer, durant sa campagne de 1997 (élections législatives) plusieurs collaboratrices. La ministre avait en effet refusé de régler le salaire de mai, juin et juillet, à quatre collaboratrices. Trois d'entres elles avaient attaqué Ségolène Royal aux prud'hommes de Niort. Elles ont ensuite porté plainte au pénal pour obtenir une mise en examen de l'ex-ministre, pour recours au travail clandestin. La juge d'instruction de Poitiers a rendu un non-lieu, estimant qu''aucune charge sérieuse' ne pesait contre Ségolène Royal 'de s'être intentionnellement soustraite à ses obligations'.' (Libération, 3 mai 2003, p. 14)

Comme d’habitude, les placés pensent pouvoir tout se permettre…

Candidature à la présidentielle

En décembre 2005, elle déclare être intéressée par l'investiture du Parti socialiste pour la présidentielle de 2007. Depuis, d'après les sondages, elle est celle que les Français aimeraient le plus voir se présenter à la fonction suprême.

En janvier 2006, Ségolène Royal choisit, plutôt que de commémorer les 10 ans de la mort de François Mitterrand, de partir pour Santiago du Chili afin de soutenir la candidate à l'élection présidentielle Michelle Bachelet première femme président du Chili. Cette victoire ainsi que l'accès quelques mois plus tôt d'Angela Merkel à la chancellerie en Allemagne à la tête d'une grande coalition CDU-SPD, montre un nouveau visage de la politique avec des femmes au premier rang. Son déplacement à Rome pour soutenir l'opposition socialiste à Silvio Berlusconi son voyage en Autriche à l'invitation des Verts Européens et ses prochains voyages en Allemagne (à l'invitation des Syndicats Européens) et aux Etats-Unis (où elle rencontrera Clinton et Condoleezza Rice) viennent réaffirmer l'image plus internationale qu'elle entend désormais se donner.

Madame voyage… il faut bien se donner une stature internationale ...

Mesdames et messieurs les politiques, méditez la pensée du secrétaire - mort à l'échaffaud en 1795 - de la Maison du roi :

 

'Les dépenses occasionnées par la bonté du roi - ou les gouvernements de nos jours - étant payées du produit des impôts étant levés sur le peuple, la nation est en droit de demander au roi - ou au gouvernement de nos jours - de mettre des bornes à sa bienfaisance'. de Malherbes

Petite question :

PENSEZ-VOUS QUE Me ROYAL AIT LA STATURE ET LA COMPETENCE D’UN CHEF D’ETAT ?

A venir : 'Itinéraire pour la présidence' - 2 : M. Sarkozy

                                                                                                                  le 25 avril 2006

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site