L'Etat ou incapacité notoire

Pourquoi faut-il toujours attendre ? De coups de gueule en coups de gueule, je dénonce depuis bientôt trois ans les carences, l'incurie, le 'je m'en foutisme' des gouvernements successifs. Qu'ont-ils donc appris à l'ENA ? sinon de faire le paon… Je vous adresse ci-dessous un article que j'ai fait paraître le 13 octobre 2004 dans mon blog AOL.

La jeunesse, qu'en fait-on ?

La pénurie de métiers honnêtes est proportionnelle à l'augmentation de la délinquance. L'échec scolaire, surtout parmi les adolescents les plus socialement défavorisés attroupés entre les façades des cités, a laissé un trop grand nombre de jeunes à la merci de recruteurs sans foi ni loi représentant la pègre ou le fondamentalisme. Sur d'autres encore, devant le rejet de la société à leur égard, elle a provoqué des réactions de fureur incitant à commettre des actes répréhensibles.

 

'Je m'attends au pire et mon imagination ne chôme pas' Gide

Comment en sommes-nous arrivés là?

- depuis quelques dizaines d'années, le monde du travail s'est transformé, réduisant en peau de chagrin le nombre de métiers au profit de la rentabilité

- le nombre d'entreprises a fortement diminué pour ne former que quelques puissants groupes appliquant à outrance les systèmes de taylorisation et de standardisation

  

 

'Le travail avait cessé. Celui qui n'a que ses bras, son travail de jour pour nourir le jour, allait chercher du travail, n'en trouvait pas' Michelet

- le premier exemple résultant du second est le second provoquant le premier, le tout en jettant des centaines de milliers de personnes dans un état précaire

- s'ajoute à cela, la forte diminution des effectifs de recrutement de la Fonction Publique qui barre l'accès de ces emplois à des dizaines de milliers d'écoliers ou étudiants - non renouvellement en réalité suppression mais qui permet à l'Etat de s'en tirer à bon compte

- chaque emploi délocalisé hors de nos frontières est à terme un emploi en moins pour nos enfants

- la conscription, passage obligatoire des hommes ayant atteints la majorité, non seulement leur inculquer des principes de civisme et le respect des biens et personnes mais en outre, nombre d'entre eux utilisaient ce temps pour acquérir les prémices d'un métier - conducteur d'engin, mécanicien, électronicien... - plus rentable que de soutenir les pans de murs de nos charmantes cités

L'Etat a failli et n'a pas offert à ces jeunes gens la chance de s'en sortir. Si nous comptabilisons le nombre de réformes édulcorées de nos ministres successifs de l'Education - à croire que nos anciens législateurs n'étaient que des imbéciles - apportant à chacun sa petite touche personnelle pour la postérité, nous serions attérés.

Il y a tant à faire à tous les rouages de la société qu'il faudrait une fois pour toute créer un état d'urgence nationale englobant tous les partenaires, se mettre au travail une fois pour toute, sérieusement! Ou alors le but de l'Etat ne serait-il pas d'obliger les jeunes à accepter une occupation servile rétribuée à la mesure et à leur opposer les catégories pourvues d'un emploi et peu disposées à faire

 

Ce blog met en exergue les carences de l'Etat mais il n'excuse ni ne justifie en aucune manière les actes méprisables exécutés par ces jeunes !...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×