La valeur n'attend pas le nombre des années

Jean Sarkozy de Nagy Bosca, né le 1er septembre 1986 à Neuilly-sur-Seine, 2e fils de l'actuel Président de la République française Nicolas Sarkozy, est conseiller général des Hauts-de-Seine pour le canton de Neuilly-sur-Seine/Sud et dirigeant du groupe de l'UMP-Nouveau centre- Diverses droites du Conseil général depuis juin 2008. L'on attend l'arrivée prochaine de Jean Sarkozy à la tête de l'organisme qui gère l'aménagement du plus grand quartier d'affaires de la Défense. Cet établissement : Etablissement public pour l'aménagement de la région de la Défense créé le 9 septembre 1958, chargé d'aménager pour le compte de l'Etat et des collectivités locales concernées le site de la Défense - opération d'intérêt national couvrant une partie du territoire de Puteau et Courbevoie à l'ouest de Paris dans le département des Hauts-de-Seine. 


A partir du 1er janvier 2010, l'EPAD devrait fusionner avec l'Etablissement public d'Aménagement Seine-Arche (EPASA) dont les compétences concernant le territoire situé à l'ouest de la Défense et deviendra l'Etablissement public de l'aménagement de la Défense Seine-Arche (EPADASA). 


L'EPAD effectue des études préliminaires d'urbanisme et les études de faisabilité technique des différentes opérations ; il réalise au fur et à mesure de l'évolution du site des travaux d'infrastructures indispensables au développement du quartier. Grâce à la vente des droits à construire, l'EPAD investit dans les infrastructures du quartier comme les accès routiers, les transports ou l'aménagement des espaces publics notamment autour des nouvelles opérations immobilières. 
L'EPAD est dirigé par un conseil d'administration qui comprend des représentants des ministères de tutelle et des représentants des collectivités locales. Il a été présidé par M. Nicolas Sarkozy du 1er avril 2005 à décembre 2006 puis par M. Jacques Gautier, maire de Garches. Depuis septembre 2007, M. Patrick Devedjian*, président du Conseil général des Hauts-de-Seine et ministre en charge de la mise en œuvre du plan de relance, préside l'établissement. Le président directeur général de l'EPAD commun à celui de l'EPASA est M. Philippe Chaix depuis octobre 2008. Réputé proche de M. Pasqua, il a été conseiller municipal RPR à Paris dans les années 1990, il avait été nommé en février 2006 secrétaire général de la Préfecture des Hauts-de-Seine. Il est titulaire d'une licence de droit. Bien sur, le maire communisme de Nanterre et président de l'EPASA, M. Patrick Jarry, ne veut pas voir le quartier d'affaires s'étendre sur sa commune et est hostile à la fusion.

 
* M. Devedjian a demandé la prorogation de la limite d'âge de 65 ans à 67 ans afin de finir président de l'EPAD, ce qui lui fut refusé par le Chef de la République. 
Le 30 juin 2009, M. Sarkozy présente l'avenir de la Défense. Le chef de l'Etat pour cette table ronde était entouré de MM. Philippe Chaix, Christian Blanc, Patrick Devedjian, Jean-Louis Borlot, Valérie Pécresse, Jean-Paul Huchon, Rumani (président de l'association des résidents de la Défense), G. Poitrinal (président de l'UNIBAIL-RODAMCO), A. Navier (directeur de Castorama la Défense), G. Pépi (président de la SNCF), P. Mongue (président RATP), L. Bach (président de l'Université Paris-Dauphine).


Il officialise le prolongement du RER vers Mantes la Jolie - un tunnel sera percé de Saint-Lazarre, terminus de la Défense avec arrêt Porte Maillot et une station sous le CNIT - pour ensuite ressortir pour la création d'une gare à Nanterre. Il souhaite la création d'une gare LGV à la Défense qui servirait au TGV, Thalys, Eurostar et servirait de « Hub » entre Londres, Bruxelles, Lille et la Normandie. M. Sarkozy souhaite que la Défense devienne la « City française ». Il a répondu aux critiques de M. Jarry (maire PCF de Nanterre) en expliquant que la Défense était en train de mourir et qu'il était important de redonner la dynamique en construisant de nouvelles tours modernes et écologiques répondant aux attentes actuelles des entreprises. 


Pourquoi au cours de la table ronde, quelques heures auparavant, M. Sarkozy devant l'ensemble des acteurs économiques et immobiliers de la Défense qui étaient présents n'a annoncé aucun création de nouvelles surfaces de bureaux ou de logements ou de grands projets ? 


Parlons à présent de M. Jean Sarkozy qui envisage d'accéder à la présidence de l'EPAD.


En février 2009, il y a 8 mois, étudiant en deuxième année de droit (autrefois sanctionnée par un diplôme le DEUG qui n'existe plus et que tout étudiant obtenait à un âge normal de 19 ans s'il avait réussi son BAC à 17 ans). Qu'en est-il de ses études de droit quand à 23 ans l'on se trouve à commencer la deuxième année ? L'on sait que les études de droit, en particulier, nécessitent une assiduité et une rigueur qui rebutent nombre d'étudiants abandonnant avant le terme de leur cursus. Peut-être a-t-il pensé qu'en France pour arriver vers les sommets de l'Etat il n'est pas nécessaire de tant d'efforts, d'être bardé de diplômes - ce en quoi il n'a pas tort lorsque l'on fait le décompte des sur-diplômés ou diplômés des 3e cycles qui honorent les hommes politiques qui nous dirigent : voir différents articles de mon blog.


Etre président de travaux, c'est être au sommet d'une hiérarchie comme l'est son papa et responsable d'une cohorte de collaborateurs - architectes ; paysagistes ; ingénieurs : de génie civil, d'arts et métiers, ponts-et-chaussées, travaux publics, électricien, hydrolicien, de procédés - être un organisateur hors pair, faire preuve de fermeté, de loyauté, d'humanité ; maîtriser une ribambelle d'administratifs, d'experts comptables, de juristes - pour cela aucun problème, n'a-t-il pas fait son droit ! être au niveau de ces présidents directeurs généraux exerçant avec science leur art dans l'industrie française.

Il va falloir à ce jeune prodige une santé physique à toute épreuve pour arpenter tous ces différents chantiers comme se doit de le faire un bon chef de projet, une mémoire infaillible et la baguette d'un chef d'orchestre. Hercule lui n'avait que sa force pour venir à bout de ses 12 travaux, rappelons pour notre curiosité lesquels : 1 - vaincre le lion de Néméé ; 2 - tuer l'hydre de l'Erne ; 3 - battre à la course la biche de Cérynie ; 4 - capturer le sanglier d'Erysmanthe ; 5 - nettoyer les écuries d'Augias ; 6 - abattre les oiseaux du lac Stymphale ; 7 - dompter le taureau crétois de Minos pour ne le pas rendre à Poséidon ; 8 - capturer les juments mangeuses d'hommes de Diomède ; 9 - rapporter la ceinture d'Hippolyte, la fille d'Arès et reine des Amazones ; 10 - vaincre Gerrion, le géant aux trois corps et ramener son troupeau de bœufs ; 11 - rapporter les pommes d'or du jardin des Espérides gardées par Laden ; 12 - descendre aux enfers et enchaîner Cerbères.


Nous espérons de tout cœur que la réussite et la chance soit avec lui et peut-être verrons-nous naître une dynastie d'hommes célèbres qui remettra notre France sur les rails comme le sera la « Défense » des Hauts-de-Seine, sans doute aucun.


Quand à l'âge de notre héros, Alexandre dit le Grand, roi de Macédoine, élève d'Aristote, devint le plus grand conquérant de l'Histoire, bâtisseur de villes, fit de son petit royaume l'immense empire achémide, le seul à avoir fait l'unité politique, jamais plus retrouvée, entre l'Occident et l'Orient. Il mourut au combat tout juste passé la trentaine.

le 12 octobre 2009

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×