Ne cherchez pas les responsables voyous!

INDICATEUR

INDICATEURS DEMOGRAPHIQUES ET SOCIAUX CULTURELS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

tableau 1

 

INDICATEURS DEMOGRAPHIQUES ET SOCIAUX CULTURELS MONDIAUX

tableau 2

INDICATEURS DEMOGRAPHIQUES ET SOCIAUX CULTURELS

PAYS DEVELOPPES

tableau3

La colonisation, réunion d’hommes partis d’un pays pour aller en habiter, en exploiter un autre, a une connotation négative. En ces temps, il est très mal vu d’appartenir à l’un des pays ex-colonisateurs – France, Angleterre, Espagne, Portugal, Hollande… la Rome et la Grèce antique, les contrées arabiques… autrefois, partis vers de nouveaux territoires à conquérir.

Rendons tout de même une certaine justice à ceux là qui, étant au service de leurs pays, se sont préoccupés aussi du mode de vie, de la santé – par la création de dispensaires et hôpitaux ; la création d’écoles, d’infrastructures routières, éradiquant les endémies qui sévissaient, mettant fin aux innombrables guerres tribales et ethniques.

Les nouveaux prédateurs de l’Afrique* –

Les relations entre Japon et Afrique se sont longtemps limitées à des échanges commerciaux, d’investissements et aides, Tokyo souhaitant être présente sur certains marchés et accéder aux ressources locales de matières premières. La conférence internationale de Tokyo sur le " développement " de l’Afrique, lien d’échange entre le Japon, l’Asie et l’Afrique s’est tenue en 1993 et a contribué à accentuer les échanges. Huit pays africains participaient à cette conférence : Cameroun, Ghana, Kenya, Sénégal, Tanzanie, Tunisie, Ouganda et Zambie.

L’Inde est une puissance en devenir : population, croissance économique, performance dans les secteurs à haut niveau, technologie, arsenal militaire. Elle est présente par les réseaux de la diaspora indienne en Afrique de l’Est, du Sud, Madagascar et Maurice. Les sociétés indiennes ont investi dans le phosphate – Maroc, Sénégal, Tanzanie, télécommunications – Malawi, transports routiers – Sénégal, dans les secteurs de pointe où elles peuvent se prévaloir de nombreux avantages – finances, nouvelles technologies, recherche scientifique, mais aussi dans le domaine pétrolier. Huit pays africains – Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Equatoriale, Guinée Bissao, Mali et Sénégal, bénéficient depuis mars 2004 de l’Initiative Team 9 lancée par le gouvernement indien. Les pays africains pouvaient aussi bénéficier de crédits occasionnels octroyés par l’Export-Import Bank of India pour des projets économiques, sociaux et d’infrastructures développées en liaison avec des entreprises indiennes. Les compagnies indiennes obtenaient en contrepartie des permis d’exploitation de pétrole.

LaChine, bien que discrète, se pose en puissance régionale concurrente du pôle nippon-américain. Elle se mondialise par son intégration à l’OMC et se régionalise par sa diaspora. Sa diaspora présente depuis plusieurs siècles, les relations entre Chine et Afrique sont essentiellement économiques et fondées sur le principe du " win-win " - gagnant-gagnant. Le commerce sino-africain a doublé entre 2000 et 2004.

La Chine a besoin de matières premières et surtout de pétrole. Elle a des liens avec l’Afrique du Sud, l’Angola, le Gabon, le Niger, le Nigéria et le Soudan (ce qui explique ces abstentions lors des votes au Conseil de sécurité de l’ONU concernant la question du Darfour où l’armement de l’UFC – Union des Forces pour le Changement – au Tchad contre le gouvernement d’Idriss Deby reconnaissant Taiwan. Deuxième consommateur de pétrole du monde, l’Afrique lui fournit 25% de ses approvisionnements. Elle trouve en Afrique des débouchés sur les secteurs des Travaux publics, Télecom et textile. L’aide chinoise est multiple et à forte croissance, elle n’exige en contrepartie que la non reconnaissance de Taiwan. Elle forme 10 000 Africains sur son territoire – dans quel but ? Les relations se tissent en marge de la réglementation internationale : prêt à taux zéro, rôle des entreprises chinoises liés aux décisions politiques de l’Etat. Elle utilise sa position de force au sein de l’ONU pour protéger les Etats amis, permettant à certains Etats africains de contourner les sanctions internationales. On peut considérer que les ventes d’armes à certains " Etats voyous " par la Chine ont contribué à alimenter les conflits armés en Afrique – Angola, Ethiopie, Soudan, Tchad.

Les trois grandes puissances que sont la Chine, l’Inde et le Japon représentent trois fois le volume de la population subsaharienne, leur PIB est 14 fois supérieur à celui des pays de cette région, leur force militaire de défense (en effectif) 30 fois. La présence de ces Etats tient surtout à leurs besoins considérables en matières premières et en énergie et à leur émergence comme puissances sur la scène internationale. L’arrivée de ces trois grands a-t-elle fait baisser ou améliorer conséquemment les chiffres concernant ne serait-ce que ceux de la mortalité infantile et de l’espérance de vie, le nombre de médecins, éradiquer un temps soit peu la famine, améliorer les conditions de vie des autochtones de ces régions et diminuer l’intensité des conflits qui les ravagent ? L’aire des colonisations et post colonisations a changé les profils des prédateurs qui saccagent, pillent les ressources premières à leurs profits- et celui des personnes immorales et corrompues à la tête de ces pays.

L’Afrique se meurt –

Le paludisme tue un enfant toutes les 30 secondes en Afrique. Les moyens de lutte existants sont les médicaments anti-paludique. Avec 90% des cas du paludisme, l’Afrique est le continent le plus touché, notamment dans ses zones tropicales. Il semblerait que les laboratoires pharmaceutiques ne se soient jusqu’à présent guère penché dans la recherche d’un vaccin ; les clients potentiels des pays sous développés n’intéressant pas les actionnaires de ceux-ci.

La rougeole est une infection éruptive aiguë due à un paramyxovirus, le virus de la rougeole, atteignant essentiellement les enfants à partir de 5-6 mois. Les formes les plus sévères apparaissent chez le jeune enfant mal nutri, surtout en cas d’apport insuffisant en vitamine A. L’enfant ne meurt pas directement de la rougeole mais de ces complications, telles : encéphalite, diarrhées sévères ou pneumonie. Souvent perçue comme une maladie bénigne dans les pays développés, la rougeole est en fait une maladie très grave. Avant l’arrivée des années 60, la rougeole était la première cause mondiale de mortalité par infection entraînant 6 millions de décès par an. Si rien n’est fait, cette situation risque de réapparaître très prochainement. En Afrique subsaharienne, actuellement, il y a eu 125 000 décès dans les lieux où la couverture vaccinale est moindre.

Le choléra, maladie diarrhéique est répandu sur toute la planète. En 2004, 103 383 cas et 2 345 décès ont été déclarés dans 58 pays. L’Afrique étant le continent le plus touché. Chiffres bien au dessous de la réalité en raison de la sous notification des cas et insuffisance des systèmes de surveillance. C’est en Afrique que la situation est la plus préoccupante actuellement. On estime que le choléra aurait tué 23 800 personnes dans les camps de réfugiés rwandais installés en juillet 1994 à Goma au Congo. La maladie résulte de l’absorption d’eau ou d’aliments contaminés. Seule une mobilisation sanitaire en cas d’épidémie et un développement de l’éducation sanitaire dans les pays où le choléra sévit pourrait résoudre cette situation. N’oublions pas que le choléra avait été éradiqué depuis quelques dizaines d’années. La menace que représente aujourd’hui le choléra et l’absence de vaccins efficaces protégeant à long terme de ce fléau rendent donc indispensable la poursuite de la recherche sur la vaccination anticholérique.

D’autres endémies en voie d’éradication particulièrement graves ont resurgi : l’onchocercose (due à un parasite entraînant la cecité) ; la dyssentrie ; la trypanosomiase (maladie du sommeil) ; la lèpre ; la rage…

Dans cette Afrique en perdition, puisque la jeunesse est la plus touchée par la maladie dont la plus bénigne peut prendre des proportions alarmantes, l’une des raisons par laquelle on meurt prématurément est l’indifférence générale.

Le sida : 38 millions de personnes infectés par le VIH, 4,8 millions de nouveaux cas, 2,9 millions de morts sont les chiffres de l’année 2003 rendus public par l’ONU Sida. L’Afrique, qui abrite 10% de la population mondiale, comptabilise 70% des personnes vivant avec le VIH dans le monde. 3 millions de cas ont été enregistrés en Afrique subsaharienne en 2003, le Botsuana compte 1 personne sur 2 contaminée, l’espérance de vie dans ce pays n’étant plus que de 36 ans.

Pourquoi cette contamination est-elle plus importante en Afrique subsaharienne que dans le reste du monde ? Le manque d’informations, de la publicité écrite et médiatique, le prix du préservatif, le remplacement du lait maternel conseillé aux mères qui sont infectées par du lait maternisé afin de ne pas contaminer leur nouveau né dont le prix est excessif relativement à leurs revenus, la bonne parole de l’Eglise de Rome, prônant l’interdiction du préservatif à un peuple profondément croyant et l’indifférence des pays riches sont les causes principales.

L’Afrique ravagée –

La fin de la guerre froide a fait espérer une nouvelle ère pour l’Afrique. Le spectre d’un conflit mondial s’éloignant, il eut été normal que l’attention des grands pays développés se concentre sur ce continent aux multiples ressources et qu’il permit à sa population un grand pas vers le développement sociaux-culturel, éradiquant en grande partie guerres, famine, épidémie et pauvreté.

Il n’en a rien été, bien au contraire, les pays développés et post-coloniaux en particulier se sont détournés de ce continent pour accueillir à bras ouverts les nouveaux pays de l’Est épris de liberté et destinés à entrer dans la CEE.

Je vous invite à observer attentivement la carte ci-dessous sans ajouter autre commentaire.

Cette tendance chez les peuples développés, les plus évolués, empreints de dignité, de respectabilité – Droits de l’Homme et blablabla – saupoudrés de religiosité, a tout subordonné à soi. La recherche de leurs avantages personnels n’est pas compatible avec la détresse de milliards d’individus de part le monde et en particulier ceux concernant une partie du continent africain.

L’on peut clamer haut et fort que ces pays " civilisés " dont les richesses ont été édifiées au cours des siècles à force de rapines, guerres, pillages, dépossessions, accaparements de biens extra muraux, de plans Marshall… sont de part leur égoïsme, le désintéressement d’autrui, à l’origine du génocide le plus monumental créé par l’homme depuis la nuit des temps et leurs responsables, les êtres les plus abjects que la nature ait créés.

Il existe des gens parmi nous pour mépriser et rendre responsable de tous les maux les migrants qui bravent la mort par noyade, l’internement dans des camps, la faim, la soif, la solitude pour chercher l’eldorado, non pas par esprit d’aventure ou de profit mais pour assurer la survie des leurs restés au village.

LE CONTINENT RAVAGE

afriqueravagee

Source : Les cartes du Monde diplomatique

" L’intérêt pécuniaire est le plus vil " J.J Rousseau, quand il s’agit surtout de la survie de l’humanité.

* sources : L’Etat du monde, éditions 1990-2002 et 2006, Ed. La Découverte

 

le 15 avril 2007

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site