Ne plus chercher à paraître plus qu'on ne vaut - Gide

Une immense clameur partit de la presque totalité des gouvernants sur le monde libéral et l’écho répercuté, de plaines en plaine, de chaînes en massifs montagneux, de vents en marées, rattrapant les fleurons de l’industrie. L’ensemble des chefs d’Etat a conspiré et promis sévères punitions à ces têtes pensantes du système dans lequel nous nous démenons. Est-ce un cri du cœur devant une conduite aberrante ou un hurlement qui consiste à déguiser son véritable caractère, feindre une opinion et laisser le temps courrir?

Exit les avantages ; parachutes dorés, rétributions excessives, fonds de pension, primes de licenciement : tout cela à revoir à la baisse.

Oh ! qu’un ami véritable est une douce chose… Qu’il faille clouer au pilori ceux avec qui, vous et les vôtres naviguez sur ce voilier de rêve sur les grands flots bleus, passiez des vacances idylliques sur sable fin, jouiez aux indiens et aux cowboys dans le ranch de votre ami Bush. Comment faire pour gérer et administrer en même temps !

Comme, parfois, le costume de Président est lourd à porter !

Notre Chef de l’Etat incite les grands patrons à ne plus bénéficier des avantages de leurs contrats de travail dont les modalités sont négociées et votées par les conseils d’administration.

Je signale, non au Président de la République française mais à Maître Sarkozy qu’un contrat est une convention qui crée des obligations entre les parties au dit contrat. C’est une véritable incitation, un procédé visant à remettre en cause la sécurité juridique des contrats, un non sens, non conforme à la loi. Que penserait un salarié à qui son employeur, en raison de la crise économique actuelle, suggérerait à celui-ci de réduire de trois semaines son congé annuel, de renoncer à ses indemnités de licenciement éventuel, ou de refuser son treizième mois si treizième mois il y avait ? Pourquoi le gouvernement ne demanderait-il pas, en raison de la crise, une refonte des salaires à la baisse – par ex : que tous les salaires soient ramenés au montant du SMIC jugé comme suffisant pour vivre ou que les salaires des cadres équivalent au SMIG.

L’on nous rétorquera que le montant des sommes en jeu ne sont pas comparables mais les dégâts occasionnés aux salariés seraient désastreux. Autre exemple, qui bien que n’ayant aucune relation avec notre sujet, sinon qu’il s’agit également de sécurité juridique : en France, le code de procédure pénale est édicté pour protéger toutes personnes sur le territoire français, donc forcément protège-t-il l’innocent comme celui qui sera jugé coupable.

Lorsqu’un Chef d’Etat, gardien de la Constitution française, se permet s’assujettir à son convenance les principes essentiels de notre Droit, c’est l’arbitraire, action opposée à l’Etat de Droit, qui ressurgit.

« Quand l’autorité devient arbitraire et oppressive, c’est la porte ouverte au despotisme ».

* le principe de sécurité juridique est un des fondements de notre Droit : il signifie que les normes juridiques applicables à toutes personnes se trouvant sur le territoire français sont générales, définies, déterminées, identifiables et ne dépendent nullement d’une circonstance particulière ou de la qualité de la personne – origine, sexe, religion, orientation sexuelle… Ainsi, lorsqu’un contrat est signé, la loi en vigueur le jour de la signature du contrat est la loi du contrat et nul ne peut la violer ou imposer des mesures d’une loi postérieure ; lorsqu’un contrat n’inclut pas de clauses de révision de prix, le fournisseur ne peut imposer pour une marchandise commandée non encore livrée d’augmenter le prix en raison de la hausse des matières premières. Presentons nos ministeres -

Faut-il être à ce point vaniteux de s’imaginer avoir une formation générale commune, offrant un éventail complet d’activités et de compétences si diversifiées, pour ôter toute initiative à ses collaborateurs* ?

* Rappel : le Président de la République est élu au suffrage universel direct ; il nomme le Premier ministre qui détermine et conduit la politique de la France ; ce dernier constitue son gouvernement et le présente au Président.

                                                                                                                     le 29 janvier 2009

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site