beaucoup parmi eux font la queue... 

Aujourd’hui, je déblatère façon débridée comme je le sens, comme je le pense et pour une fois, je ne me relis pas.

De présidence en présidence, de législature en législature, de promesses en promesses, poignées de main en poignées de main, une propagande chassant l’autre, d’artifices en artifices et la bite sous le bras*... (merci Brel)...

Les années passent, les riches demeurent, les pauvres s’accroissent, le cynisme de ces gens-là, Monsieur, reste gravé et patine sur les frontons de la res publica. Et ça recommence... L’on impose l’idée que la politique est du domaine des parties politiques, belle pensée unique que voilà, or avoir une action sociale, associative ou non et /ou de diffusion des idées, n’est-ce pas aussi faire de la politique ? Eh bien oui et cela vous emmerde Messieurs les politiques.

De chrysanthèmes en chrysanthèmes, nos espoirs sont en partance... les hommes pleurent, les femmes pleurent, le coeur en cendre... (sortis du contexte de la chanson J’arrive de Brel).

* cela ne concerne pas la femme en politique, les hommes les ont mise là pour faire du quotat et très bientôt les jeunes, les vieux ; les hétéros et les hommos ; les actifs et les chômeurs ; les légumiers et les viandeurs ; les athées, les musulmans, les juifs, les chrétiens ; les blancs et les hommes de couleur ; les handicapés et les valides ; les ascètes et les obèses... et non le choix de l’élite mais le tout venant votant... et non le choix de la compétence.

Je vous salue.

                                                                                                              Vendredi 3 juin 2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×