Politique française

Je pense à croire que les partis dans leur ensemble appartiennent à leurs encartés. Cela ressemble de loin évidemment et nous en sommes très loin je l'espère à certains partis antagonistes du siècle passé. Les encartés dans leur majorité et ce dans quelque parti que ce soit ont commencé leur carrière comme poseurs d'affiches ou distributeurs de tracts, certains même allant jusqu'à distribuer 'des marrons chauds et autres friandises' (barres à mine, matraques…), poussant parfois jusqu'à la mort de l'encarté, colleur adverse, fait très rare, fort heureusement.

Les détenteurs d'une carte du parti socialiste semblent avoir oublié jusqu'à la décence que doivent avoir tous les membres d'un groupe envers les autres membres, à savoir que:

  • la pensée d'un homme est ce qu'il pense, ce qu'il sent, ce qu'il veut

'Toute dignité de l'homme est dans la pensée' Pascal

  • un homme libre est un homme qui jouit de la liberté : c'est le cas supposé d'un adhérent au parti socialiste
  •  
  • tout encarté dispose de la liberté civile, c'est-à-dire le droit de faire ce qui n'est pas défendu par la loi ; de la liberté politique qui est le droit de se donner des lois directement ou au choix, par le choix de ses représentants. La liberté étant avant tout l'absence ou la suppression de toute contrainte considérée comme anormale, illégitime et immorale
  •  
  • en droit, la liberté c'estle premier des Droits de l'homme, la liberté individuelle, la propriété -la pensée est ma propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail -le travail de ma pensée entre autres

Aux ordres ! : le sont-ils ces quelques ténors du parti socialistes qui ont fait entendre leurs voix à tort ou à raison, je ne veux pas être juge ici, ont défendu 'le non au traité européen' et ont failli être éliminés du parti, considérés comme des traîtres envers celui-ci.

Avant l'accession au pouvoir du parti socialiste (1981) et surtout depuis la chute du communisme en URSS, ayant entraînée le déclin du PC, il existait de nombreux libres penseurs qui ont fait évoluer la pensée et donner aux Français un immense espoir.

L'UMP, quand à lui, procède d'une idée moderne du parti, puisqu'il prend en compte comme une évidence qu'il existe des électeurs de droite qui émettent des souhaits politiques mais qui n'aspirent pas à prendre carte. Il a créé pour eux un statut intermédiaire entre l'encarté et celui de son électorat sans carte qui lui permet s'il le désire prendre la parole dans les diverses assemblées du pays ; nul ne trouve rien à y redire.

La gauche en général ne tend à admettre que les opinions émises par ses membres ; la seule ligne directrice politique de ces encartés, votée à la majorité, compte. C'est le seul parti qui affiche dans le présent un profond mépris de son électorat traditionnel.

Je pose une seule question à M. Hollande et à ces encartés : pensez-vous que les petites dizaines de milliers de titulaires d'une carte, 'les vrais socialistes' selon vous ont quelques prétentions d'agir sur la balance du pouvoir en regard de la dizaine de millions de Français et plus, de gauche, pour l'accession à ce pouvoir?

Est-ce selon vos suggestions M. Hollande ou celles de vos encartés que sitôt la bataille des régionales gagnées pour la première fois, les impôts ont augmenté en moyenne de près de 30 % dans les régions ?

J'ai bien peur qu'il ne faille attendre quelques longues et pénibles années avant qu'un PS digne de ce nom revienne aux commandes de la France. L'on plonge directement dans le siècle de l'acadabrandisme!

Je regrette que pour exprimer ma pensée, il me faille faire preuve d'indélicatesse, mais mettre en jeu l'avenir d'une société, d'un pays, des générations à venir, entre les mains d'encartés, n'ayant pour tout bagage et mérite de s'être occupé des basses œuvres du parti, fort nombreux, influents et pesant sur des décisions de première importance concernant les affaires du parti et plus tard de l'Etat, me donne une frousse incommensurable… et je donne pour preuve la volte-face du parti relativement à la directive Bolkenstein et qui n'avait sans doute pas été lue attentivement avant approbation.

Pensez-vous que depuis trois dizaines d'années, la vie des Français, ses libertés individuelles, l'éducation de ses enfants, le droit au travail, au logement… ait progressé?

'C'est Voltaire, c'est Rousseau, c'est Montesquieu, c'est toute une grande école de penseurs qui s'empare puissamment du siècle, le façonne et crée l'avenir ' Renan

                                                                                                          le 17 avril 2005

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×