Ta vérité? non la vraie - et viens avec moi la chercher


¤ IL ETAIT UNE FOIS LA PREHISTOIRE -

 Il y a 100 000 ans, l'homme Homo sapiens sapiens, c'est l'histoire des premières activités industrielles et artistiques du genre homo. Il a fallu le 20e siècle de notre ère pour que le travail ou "la production de l'utile" soit à ce point déconsidéré pour que l'humanité éprouve autant de gêne à faire vivre l'homme, le groupe, parti intrinsèque de celle-ci. Jamais l'homme n'a éprouvé cette impression d'abandon enchassée d'angoisse par la faute d'une société mercantile au profit de quelques individus cupides et profiteurs. Jamais l'activité humaine ne fut aussi mal accordée aux besoins de l'homme, aux vues des richesses éparses de par le monde.

Cette semaine, sur le petit écran, émission de M. Franz-Olivier Giesbert sur France5, invités : - ... (?) Véronique Genest, actrice pour historiettes fragmentées ; Jean-François Coppé, politique.

M. Giesbert : - "Me Genest, gagnez-vous beaucoup d'argent?" Me Genest, passablement excédée : - "Si je gagne autant d'argent, c'est que j'en fais gagner beaucoup à mes employeurs... audimat oblige*".

* avec la suppression de la publicité à partir de 20h sur les chaînes publiques de France télévision, Me Genest risque de voir réduit le montant de ses futurs contrats pour la télévision.

M. Coppé : - "Pourquoi toujours penser qu'un salaire conséquent qui entre dans l'escarcelle d'un quidam est le fruit en retour des profits que font les employeurs?" ( ceci dit en termes différents par votre serviteur) "Pourquoi ne pas dire tout simplement, Me Genest, que votre salaire est en osmose avec votre talent"(?) - Haut les coeurs ! chouchoutte... notre Président ne vous a-t-il pas remis la Légion d'honneur pour services rendus à la patrie?

¤ NOTRE MACROCOSME EST EN DISCORDANCE AVEC LE BIEN-FONDE  -

"Les immenses fortunes, portées par les vents impétueux, produisent de grands naufrages" Plutarque

Alors qu'aux USA, faire du profit, gagner beaucoup d'argent en travaillant, n'est pas honteux mais constitue une preuve de réussite sociale ; en France, la plupart des gens n'osent dévoiler le montant de leurs revenus, qu'ils soient insuffisants ou conséquents. Les premiers ne voudront avouer qu'ils sont inaptes à accroître leurs gains et paraître pour leurs semblables incapables, n'étant pas en mesure de subvenir aux besoins de façon décente de leurs familles ou de s'auto-suffire. Les autres, personnages ayant "certains talents", aptitude particulière dans une activité que l'on ne peut comparer à l'ensemble des activités humaines, activités économiques ou autres, productrices d'utilité sociale, préférant dissimuler leurs revenus. Citons parmi celles-ci, celles qui se remarquent le plus, encombrant démeusurément le petit écran et qui concernent les acteurs de la chanson, du sport - on en dénombre plus de 300 sortes, du cirque, des médias, des plumitifs, des journaleux d'une certaine presse, du cinéma... Sachant que ces hommes et femmes, attirant les foules affriandées de toujours plus de spectacles, trouvent là les moyens d'atteindre une possibilité sociale élevée et rémunératrice et de s'épanouir dans une société où chacun d'entre eux trouve sa place. Certains d'entre eux et elles atteignent des gains excessifs, voire mirobolants, sans pour cela, à quelques rares exceptions, sortir des grandes écoles, académies, conservatoires... universités et que l'exercice de leurs passions ne nécessitent grande connaissance. Contre toute logique, ce sont ces gens-là qui tiennent le haut du pavé, dont on parle le plus, pour qui sonnent les trompettes de la renommée, attifés pour grand nombre d'entre eux de l'ordre national hiérarchisé par Bonaparte en 1802.

Depuis que le sport, le pari mutuel, l'acteur, sont devenus l'opium du peuple, l'échelle des valeurs humaines est devenue n'importe quoi. Lorsqu'un sportif a pour rémunération annuelle 150 fois celle d'un chirurgien *... il en va de même, lorsque l'on pense à l'auteur des livres pour enfants Harry Poter, devenue plus riche que la reine d'Angleterre, en comparaison d'un chercheur auteur scientifique... J'éprouve pour cette société qui va à vaut l'eau, une réaction de répulsion, un vertige de réprobation.

* chirurgien : ce chirurgien qui penché sur cette table d'opération où se décide la vie ou la mort d'un patient, pendant huit longues heures, cette homme consciencieux, dévoué, admirable, a oeuvré sur mon corps avec tout son talent, son savoir, pour empêcher un vieil homme de 78 ans de sombrer dans le néant. Il en a fallu des années d'études, de sacrifices, pour arriver un jour à exercer le métier le plus beau du monde. J'exprime un fort sentiment de reconnaissance pour ces hommes qui donnent leur temps afin de soulager, sauver des vies et, en particulier, mon affection et ma gratitude à celui à qui je dois de continuer à vivre quelques années encore. Bien entendu, j'associe à mes remerciements toute l'équipe du service de cardiologie de Rangueil qui m'a pris en charge, à savoir, les administratifs, infirmières, docteurs, anesthésistes, chef de clinique et chef de service... et qui continuent mon suivi médical.

"La valeur d'une image se mesure à l'étendue de son auréole imaginaire" Bachelor

¤ LA BRUTE, LE SCELERAT ET L'ESCROC  -

"Il n'y a rien de plus commun au monde que le charlatanisme et l'ignorance" Maarif31

Nous vivons une époque générale de grossièretés, de manque de culture, de mépris des bonnes manières. La muffflerie devient une mode, nous le constatons tous les jours dans les médias. Les joutes sportives, tenant la plus grande place dans les spectacles publics, déjouant les règles écrites, transforment plus que souvent la foule en confrontations haineuses, rivalités xénophobes et racistes. Les rassemblements de toutes sortes transmuent en altérant profondément leur nature en les pis excès. Nombreuses sectes aux buts inavouables se créent chaque jour ; les religions pour ceux que cela intéressent s'instrumentalisent et les demi-Dieux licencieux surgissent pour certains groupes fallacieux. Je ne terminerai pas cette longue énumération sans vous parler de cette armée d'escrocs et de scélérats sévissant partout dans le monde, dans toutes les couches de la société faisant fi de l'essence même de l'espèce humaine.

                                                                                             le 19 janvier 2009

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×